CH.FILM

Ciao-Ciao Bourbine Italie, Suisse 2023 – 88min.

Critique du film

Oui à une Suisse française

Critique du film: Fanny Agostino

L’orgueil des Suisses romands en a rêvé, le Zurichois Peter Luisi (Flitzer, Petite Princesse) l’a exaucé. Dans le bien nommé Ciao-Ciao Bourbine, les Suisses se rendent aux urnes pour adopter une seule langue nationale. Et à la grande surprise, c’est le français qui remporte la majorité… Particularités et contradictions de l’Helvétie sont exaltées dans cette comédie loufoque, malgré quelques passages à blanc.

Walter Egli (Beat Schlatter) est un policier accompli. Au moment de déplier son bulletin de vote, il ne prend que quelques secondes avant d’inscrire le « JA » qui officialiserait le Suisse allemand comme unique langue nationale. Alors, lorsqu’il apprend le lendemain que la votation a été boudée du côté de sa frontière du Röstigraben, c’est la douche froide. À la grande surprise, c’est le français qui l’a emporté. Toutes les structures financées par l’état devront impérativement communiquer dans la langue de Molière d’ici deux mois. Au commissariat, un Suisse romand nommé Jonas (Vincent Kucholl) remplace l’ancien collègue de Walter, inapte à cette transition linguistique. Tous deux se voient confier une mission, celle de débusquer un réseau de résistants situé au Tessin, prêt à tout pour défendre le plurilinguisme helvétique.

D’abord projetée dans les salles alémaniques, la fable de Peter Luisi a le mérite de pointer les bizarreries de l’identité suisse. Comment une population peut-elle créer un sentiment d’appartenance à son pays, alors que quatre langues y sont parlées ? À l’écran, le quotidien permet de décrypter cette originalité. Walter et ses collègues se moquent et rabaissent les francophones, dans le débat politique qui précède la votation, les discussions évacuent de facto la possibilité d’une Suisse italophone, le Tessin étant relégué à sa « petite importance »... Jouissif aussi, la première partie du film excelle dans les situations cocasses, où le « Et si… » se réalise : l’Allemagne doit faire face à la migration de masse de Schweizerdeutsch sur son territoire et le Tessin, bastion de la résistance à la Fidel Castro, déclare son indépendance et barricade ses frontières.

Bien que cette fiction inspirée ne soit pas sans défauts, notamment quelques longueurs pendant la traque des « guerillos » tessinois ainsi que l’utilisation excessive d’une bande sonore trop proche d’un folklore d’outre-Sarine, Bon Schurr Ticino (titre original, remanié pour l’ego des francophones ?) exprime la pluralité d’une Suisse où il n'est pas toujours simple de communiquer, mais où l’on finit tout de même par se comprendre.

15.01.2024

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 13 jours

“La suissitude”

Les Suisses ont voté et accepté contre toute attente l’initiative populiste « No bilingue ». Dorénavant, seul le français sera toléré en tant que langue nationale. De quoi déplaire à certains germanophones et italophones qui s’engagent dans la résistance.

Ah cette chère Helvétie ! Ses montagnes, ses lacs, ses banques, son chocolat, son pluralisme et sa démocratie directe. Un système envié qui donne le pouvoir au peuple auquel sont soumises les propositions les plus farfelues. Poussé à l’extrême, ce particularisme est à deux doigts de déclencher une guerre civile en ce symbole paisible de neutralité. Le jet d’eau de Genève est menacé par une vieille dame indigne. Le chef de gang tessinois se prend pour Fidel Castro et revendique l’indépendance de son territoire. Une bombe explose dans le saint tunnel du Gothard. Le franc local, valeur refuge internationale, dévisse. Le petit paradis est au bord du chaos.

L’autodérision assumée déride, mais peinera à faire rire au-delà des frontières. Elle ne camoufle pas les quelques faiblesses scénaristiques venant émousser une idée de départ plutôt astucieuse. Au-delà des déguisements endossés, on aurait aimé davantage de complicité entre le duo d’acteurs multilingue qui peine à dépasser l’effet comique du simple sketch. Mais il est vrai que c’est parce qu’ils ne se comprennent pas que les Suisses s’entendent si bien.

(6/10)Voir plus

Dernière modification il y a 13 jours


geradupo

il y a 27 jours

Ah oui et il faut évidemment le voir en VO!


geradupo

il y a 27 jours

Hahaha c’est bourré de clichés sur les différentes communautés et un petit peu lourd, mais j’ai quand même bien ri!


Autres critiques de films

Bob Marley: One Love

Madame Web

Tout Sauf Toi

Le Dernier Jaguar