Notre-Dame brûle France 2021 – 110min.

Résumé

 Notre-Dame brûle

genre
Drame

Presque trois ans après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame et bouleversé le monde entier, Jean-Jacques Annaud s’empare de l’histoire, chère à son cœur, pour retracer heure par heure l’événement. Volonté ambitieuse qui ferait date si elle n’était pas sabordée par une forme qui tutoie les pires films catastrophes étasuniens.

Date de sortie

Suisse All.: 30 juin 2022

Romandie: 16 mars 2022

Offres de streaming

Réalisation

Casting

Bandes-annonces, vidéos & images

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 2 ans

“La guerre du feu”

Le 15 avril 2019 à 18 h 17, un incendie est déclaré au sein de Notre-Dame de Paris. Le compte à rebours a commencé pour sauver le monument.

L’événement a tout d’une catastrophe annoncée. Charpente boisée. Ouvriers s’autorisant à fumer sur les échafaudages. Premier jour de travail pour le nouveau surveillant. Système d’alarme défectueux. Tuyauterie trouée. Gardien asthmatique. Maître des clés éloigné. Embouteillages. Dans ces conditions, un tel cataclysme ne pouvait qu’arriver. Tout est vrai, même si rien ne paraît vraisemblable.

Comme le rappelle les premières scènes du film, la célèbre cathédrale n’est pas seulement l’un des lieux les plus courus au monde touristiquement parlant. C’est un symbole religieux, historique et culturel, reconnu à l’international. La voir sur grand écran malmenée par les flammes provoque une réelle émotion.

Voilà donc l’ennemi. La guerre du feu est déclarée. C’est une allumette que l’on craque pour faire rougir une cigarette. Un mégot non éteint qui roule, poussé par le vent. L’étincelle d’un branchement électrique d’un autre âge. Ainsi naîtra le brasier, incarnation du mal. Le film insiste sur l’horrifique. Les gargouilles grimacent et vomissent du plomb en fusion. Un souffle diabolique referme les portes laissées ouvertes. L’oculus ardent évoque Sauron. Satan fait chuter les anges et pleurer la Vierge.

La sauvegarde des reliques devient un enjeu crucial. La couronne d’épines christique est le trésor d’un jeu de piste digne du Da Vinci code. Malgré le trafic, les forces du bien débarquent enfin. On tremble, sue et étouffe aux côtés de ces pompiers héroïques, prêts à risquer la mort pour quelques pierres aussi précieuses soient-elles. L’on peut reconstruire une église, pas une vie. Quant au poste de commandement miroir monté pour occuper les parasites politiques, quelle trouvaille ingénieuse !

La reconstitution immersive s’avère spectaculaire et méritera des récompenses. Elle est pourtant malmenée par des images d’archives et de nombreux « split screens » gênant le visuel. Jean-Jacques Annaud avait-il besoin de cette hybridité troublante entre documents et fiction pour justifier son propos ? Et quel intérêt de montrer le surveillant novice se faire enguirlander par sa femme, la mère Michel qui a perdu son chat, Donald Trump et son hamburger, Anne Hidalgo au téléphone et cette fillette si fière de sa chandelle ? C’est surjoué, c’est mal joué. Le sensationnel tombe alors dans le ridicule et la mièvrerie.

(6/10)Voir plus

Dernière modification il y a 2 ans


Eric2017

il y a 2 ans

Après une deuxième vision de ce film, je regrette que J-J Annaud ne se soit pas "arrêté" un peu plus longtemps sur le sauvetage des 1300 oeuvres qui se trouvaient à l'intérieur de Notre Dame. Le film ne parle que du sauvetage de la couronne, dommage. Sinon ça reste un film grandiose. (F-18.03.22)Voir plus


vincenzobino

il y a 2 ans

3.5: Danse ma belle couronne
15 avril 2019: lorsqu’il débute son premier tour de surveillance incendie de Notre-Dame, Moumet ne se doute pas qu’il va vivre la plus terrible fin d’après-midi pascale et cet incendie parti du beffroi et ravageant l’édifice. Il faut limiter les dégâts mais bien difficile un Jeudi Saint d’accéder à l’île de la Cité, même pour les valeureux pompiers dont certains effectuent leur baptême du feu.
La voici cette illustration de la plus marquante catastrophe architecturale de ces dernières années. Il pouvait paraître prétentieux de la part de Jean-Jacques Annaud de raviver si vite ce souvenir, mais l’objectif est quasi atteint.
Je m’attendais à une tournure documentaire dramatique et intense... Force est de constater que les vingt premières minutes tournent plus vers la satire entre les circulations impossibles à-travers la capitale, des malencontreuses circonstances aggravant le délit et une priorité de secours laissant pantois par sa lenteur avec une féroce pique sur les moyens numériques impuissants au début.
Mais dès que les héros soldats du feu entrent en scène, toutes ces considérations plus que douteuses disparaissent pour un formidable ballet visuel et sonore avec un duel marquant entre le feu et le patrimoine, Illustré par de spectaculaires séquences humaines, malgré un usage un peu forcé des effets visuels, et une formidable notion de sauvegarde.
Une musique assez marquante ajoute à ce ballet une émotion mais je trouve personnellement dommage qu’au vu de l’entame satirique, il n’y ait pas eu une pique finale. Peut-être un manque d’humanisme de ma part mais pas d’empathie, en particulier pour cette danse du feu finale.
Se laisse tout à fait voirVoir plus


Watchlist

Séances Notre-Dame brûle

Malheureusement, le programme n’a pas encore été porté à notre connaissance. Nous vous le communiquerons dès que possible.

Dès à présent dans les salles 6 sur 33 Films