Une robe pour Mrs Harris Belgique, Hongrie, Royaume-Uni, Etats-Unis 2022 – 116min.

Critique du film

Mrs Harris Goes to Paris

Critique du film: Maxime Maynard

Le réalisateur Anthony Fabian nous transporte dans les rues du Paris des années 50 pour une comédie légère et exaltante.

Dans le Londres de l’après-guerre, Ada Harris (Lesley Manville) vit seule depuis la disparition de son mari au front. Femme de ménage, elle découvre un jour une robe Christian Dior chez l’une de ses clientes. Et c’est le coup de foudre ! Décider à s’en acheter une bien à elle, elle s’envole pour Paris.

Inspiré du roman “Mrs. 'Arris Goes to Paris” rédigé en 1958 par l’écrivain américain Paul Gallico, “Une robe pour Mrs Harris” est la première adaptation cinématographique de l’œuvre après trois versions télévisuelles. Un projet porté par le cinéaste Anthony Fabian, qui, aidé par Carroll Cartwright, Keith Thompson, et Olivia Hetreed, s’occupe également du scénario. Plus habitué aux documentaires et aux courts-métrage, il se lance ici dans sa première comédie pour le grand public. Et si l’histoire, plutôt prévisible, contient son lot de stéréotypes et de clichés sur la culture française, une indéniable bienveillance séduit dès la première minute.

Car “Une robe pour Mrs Harris” présente une joie de vivre communicative. Une ambiance humaine et joviale, qui puise sa force dans l’admirable performance de Lesley Manville. Dans la peau d’Ada Harris, elle est solaire et illumine chaque seconde du long-métrage de ses sourires, de ses regards, de ses intonations. Ses péripéties parisiennes s’accompagnent de grands noms du cinéma français. Ainsi, Lambert Wilson et son charme indéniable personnifient avec aisance un bien charismatique marquis et la grande Isabelle Huppert prend plaisir à nous divertir dans son rôle, à la limite de l’exagération, de directrice revêche de la maison Dior.

Et que serait un long-métrage sur l’un des grands noms de la haute couture sans de magnifiques costumes ? Les robes du créateur flattent les regards de leurs couleurs et de leurs coupes typiques des années 50. Un goût des belles choses parfaitement transposé par la costumière oscarisée Jenny Beavan qui, en marge des robes prêtées par la maison Dior, étoffe la collection de ses propres créations pour un séduisant voyage esthétique et temporel.

Malgré quelques écueils, Une robe pour Mrs Harris dessinera de joyeux et authentiques sourires sur les visages de son public, pour un ravissant moment de positivité qui ne manquera pas de réchauffer les cœurs.

24.11.2022

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Black Panther: Wakanda Forever

Violent Night

Avalonia, l'étrange voyage

Le Menu