Les Années Super 8 France 2022 – 63min.

Critique du film

De la prose à la caméra

Critique du film: Fanny Agostino

Après les adaptations récentes de L’événement (2021) et de Passion Simple (2020), le Prix Nobel de littérature 2022 s’engage aux côtés de son fils David Ernaux-Briot dans une expérience cinématographique. En voix-off, Annie Ernaux fait la rétrospective de ses archives personnelles, issues du caméscope familial.

En 1972, le couple Ernaux fait partie de la classe moyenne. Avec leurs deux petits garçons, ils s’installent à Annecy. Ils décident alors d’acquérir un caméscope Bell & Howell, dont le format est le super 8. L’amusement face au nouvel objectif, les vacances d’été et les fêtes de famille sont imprimés sur la bobine. La voix de l’écrivaine accompagne les rushs couvrant la période entre 1972 et 1981.

L’exercice se rapproche du procédé et du style Ernaux. Comme dans son roman autobiographique Les années, les documents personnels ne sont pas seulement commentés du point de vue privé. Les archives sont interrogées à travers une époque et des références culturelles. Les voyages en Espagne après la mort de Franco, où l’on ose enfin s’aventurer, l’apparition du guide du routard et le Chili avant Pinochet. La méthode colle tellement à l’œuvre littéraire qu’on se demande si les images animées apportent une réelle plus-value.

En effet, Annie Ernaux a longtemps utilisé la photographie comme un palimpseste. Une manière de reconstituer le passé à partir du présent. Les remarques de la voix off précisent des éléments invisibles à l’image. Les après-midi, Ernaux filme ses jeunes enfants. Elle le fait alors qu’elle écrit en secret dans sa chambre ce qui deviendra son premier livre publié : «Les Armoires vides». Au tournant de la décennie quatre-vingt, elle constate que le caméscope est laissé de côté, un signe que le couple Ernaux change ses habitudes, mais aussi qu’il vieillit.

Dans une démarche sociologique, «Les Années Super 8» transpose l’enquête qu’Annie Ernaux n’a cessé de mettre à l’œuvre dans ses textes. Une transposition qui aurait mérité un traitement plus méticuleux sur grand écran.

27.03.2023

2.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Bad Boys: Ride or Die

The Bikeriders

Un p’tit truc en plus

Blue & Compagnie