Les Gardiennes de la planète France 2022 – 82min.

Critique du film

Dans l’univers des géants marins

Critique du film: Maxime Maynard

Amoureux de la nature, Jean-Albert Lièvre offre un documentaire mélodieux à la découverte des plus gros mammifères du monde : les baleines.

Échouée sur la côte, une baleine à bosse attire l’attention de passants qui tentent par tous les moyens de la sauver. En parallèle, nous voyageons à travers le temps et les océans pour écouter l’histoire de ces fascinantes créatures.

Collaborateur de longue date de Nicolas Hulot, qu’il rejoint en 1992 à la réalisation de l’émission à succès «Ushuaïa, le magazine de l'extrême», Jean-Albert Lièvre connaît la nature. Sur terre ou dans l’eau, la caméra à l’épaule, il traverse les mers et les continents afin de capturer au mieux les merveilles de notre Terre. Après deux premiers longs métrages documentaires, Le syndrome du Titanic en 2009 et Flore en 2014, il s’inspire de l’œuvre «Whale Nation» du poète anglais Heathcote Williams et plonge au plus profond des océans auprès des baleines, puissantes maîtresses des lieux.

Protagonistes du film, les baleines à bosses évoluent, majestueuses et aériennes, leurs imposantes carcasses glissant avec douceur et délicatesse dans le bleu des eaux. Une vision simple, mais angélique. Car le physique de l’animal impose le respect, et son histoire, vieille de 50 millions d’années, fascine. Une histoire contée par les intonations familières de Jean Dujardin. Voix du royaume des cétacés, il clame précautionneusement et à la première personne un monologue enclin de poésie Une participation qui, sans particulièrement se démarquer, résonne agréablement dans nos oreilles.

Vision apaisante aux chants hypnotisant, les baleines - à bosses, bleues ou encore boréales - ont encore beaucoup à nous apprendre. Cantatrice des mers, ballerine des profondeurs, elles sont admirablement capturées par la magnifique photographie de Nedjma Berder. Et si le film ressemble souvent un peu trop à un documentaire télévisuel, il réussit à se démarquer par l’utilisation de musiques plus modernes, tel que le planant «Fun up here» de Mike Posner, pour accompagner les déambulations de son sujet. «Les Gardiennes de la planète» est un fascinant documentaire à mettre entre toutes les mains.

10.03.2023

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 an

À voir au cinéma ! Une immersion totale dans le monde marin où ces mammifères nous enchantent durant les 80 minutes de ce documentaire. Avec la voix de Jean Dujardin parlant à la première personne, celle des baleines, "IL" nous sensibilise à ces créatures hors du commun et si importantes à la protection de la planète bleue et de tout notre écosystème. Un petit bémol sur le montage du film qui présente parfois des plans trop courts et sur la musique pas toujours adaptée aux images. (G-01.03.23)Voir plus


novecenti

il y a 1 an

sujet potentiellement magique et fascinant masacré par une réalisation catastrophique. Bande son dissonante, narration bateau, voix caverneuse et solennelle à l’opposé de la fluidité , zéro émotions, c’est un exploit de rendre ennuyeux à mourir un tel sujet!


Autres critiques de films

Vice-Versa 2

Bad Boys: Ride or Die

The Bikeriders

Un p’tit truc en plus