CH.FILM

La Ligne Belgique, France, Suisse 2021 – 104min.

Résumé

La Ligne

genre
Drame

Margaret, 35 ans, a des antécédents de comportement violent qui lui ont coûté une relation amoureuse. Elle est revenue vivre avec sa mère Christina, une femme fragile de 55 ans qui reproche à Margaret, son premier enfant, d'avoir ruiné ses rêves et sa carrière de pianiste. Lors d'une dispute et dans un état de fureur débridée, Margaret frappe sa mère. Et la loi intervient, compliquant davantage une dynamique familiale en berne. En attente de son procès, il est interdit à Margaret d'entrer en contact avec sa mère et de s’approcher à moins de 100 mètres de son domicile. Alors chaque jour, Margaret se positionne à ce seuil de 100 mètres pour voir sa sœur Marion, âgée de 12 ans, et lui donner des cours de musique.

Date de sortie

Suisse All.: 16 février 2023

Romandie: 11 janvier 2023

Tessin: 30 novembre 2023

Offres de streaming

Réalisation

Casting

Détails sur le film

Bandes-annonces, vidéos & images

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Barry_Lyndon

il y a 1 an

Nul, Valérie Bruni Tedeschi toujours dans le même type de rôle, à savoir une femme maniaco dépressive et fragile, pas de rythme, et avec en plus un Thomas Wiesel grotesque et inapproprié pour le rôle, le copinage a encore de longues années devant lui


cinedude

il y a 1 an

Très beau film sur un conflit familial comme on en voit pas souvent au cinéma. Excellente réalisation.


CineFiliK

il y a 1 an

“Le mal de mère”

En plein conflit, Margaret frappe sa maman, qui tombe et se blesse sérieusement. Plainte est déposée. En attendant un jugement prochain, la jeune femme est contrainte de ne plus s’approcher de Christina à moins de 100 mètres. Pour marquer cette distance de sécurité, Marion, sa petite sœur, trace une ligne bleue autour de la maison familiale.

Sur le solennel Nisi Dominus de Vivaldi, un vase vole au ralenti et s’écrase sur le mur. Suivent des vinyles et des partitions qui tombent, feuilles mortes et noirs flocons. L’affrontement chorégraphié se poursuit autour du piano. La musique adoucirait les mœurs si on pouvait l’entendre et l’écouter. Face à la mère qui tente une caresse, Margaret répond par un coup fatal. Pourquoi tant de haine, tant de violence ?

Il y a de la rage dans les gestes et le regard expressif de Stéphanie Blanchoud, l’aînée bannie de cette matriarchie où les hommes ne sont que des pièces rapportées. Même si le film évite l’explicite, on peut la comprendre, sans la pardonner. En reine Christina, Valeria Bruni Tedeschi revêt l’un de ses rôles préférés, diva allumée et allumeuse. Dans une séquence, un long filin relie les deux femmes, tel un cordon ombilical fragile que l’on hésiterait à couper. Au milieu de ce duo électrique, un angelot messager, Marion, fille de chœur et de cœur qui, en ce jour de Noël, prie Dieu pour que la paix revienne sur cette terre.

Si l’intérêt pour le dysfonctionnement filial n’est pas nouveau, il se dégage une étrangeté dans le cinéma atypique d’Ursula Meier. La réalisatrice aime alléger son récit par des scènes cocasses qui donnent à son réalisme grave une fantaisie bienvenue. Sa gestion de l’espace étonne toujours. Cette plaine valaisanne qui ressemble à celle où se débattait l’enfant d’en-haut s’insère entre les voies de chemin de fer, un canal, le tout sous le regard sévère des Alpes enneigées. L’autoroute n’est pas loin non plus, comme dans Home où une famille choisissait le confinement pour se protéger. Ici, la prison est extérieure attachant Margaret et l’empêchant de se rapprocher des siens.

(7/10)Voir plus

Dernière modification il y a 1 an


Watchlist

Séances La Ligne

Malheureusement, le programme n’a pas encore été porté à notre connaissance. Nous vous le communiquerons dès que possible.

Dès à présent dans les salles 6 sur 40 Films