Glass Etats-Unis 2019 – 129min.

Cineman Movie Charts

Cineman Movie Charts: le jury, c'est toi!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

11

9

7

11

4

3.3

42 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

marcelobay

il y a 23 jours

Film sans argument. Très minimaliste. Petit budget pour ramasser beaucoup des recettes. Ils nous prennent pour des vrais abrutis!!!


CineFiliK

il y a 23 jours

“Le miroir se brisa”

David Dunn, le justicier au poncho imperméable, cible et retrouve le bestial Crumb, qui a enlevé quatre pom-pom girls. Mais leur duel tourne court. Arrêtés, ils sont internés, sur ordre du Dr. Staple, dans un institut psychiatrique, où patiente déjà Elijah Price, l’homme de verre.

En 2000, il y eut le désenchanté Incassable. Puis, Split, kidnapping fantastique, 16 ans plus tard. Le cœur de Glass achève la trilogie inattendue de M. Night Shyamalan. Un affrontement final sous forme d’analyse : les superhéros existent-ils ou sont-ils de simples mortels, puissants par leur foi ?

On espérait une mythologie, il faudra se contenter d’un film bancal. Serrement nostalgique en découvrant le visage vieilli de Bruce Willis et son fils à l’écran, jeune adulte désormais. Nous les avions quittés il y a près de 20 ans. Sans l’effet de surprise, les jongleries caractérielles de James McAvoy fatiguent plus qu’elles n’impressionnent. Quant à Samuel L. Jackson, le temps qu’il nécessite à se dérider s’avère trop long. Le Bon, la Brute et le Truand, coucous cloîtrés dans un hôpital invraisemblable. Les apparences sont certes trompeuses, mais n’épargnent aucunement l’ennui poli, malgré le twist boucle piqué ultime, signature du chef. La psyché du Narcisse Shyamalan, alternative bienvenue aux redites éreintantes des Marvel et autres DC, paraissait éclatante. Mais tant va le miroir à l'eau qu’à la fin il se casse.

5.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 22 jours


vincenzobino

il y a 26 jours

Vol au dessus d’un piège de cristal
Philadelphie: un groupe de jeune filles est détenu par Kevin. David Dunn, notre incassable ayant retrouvé sa trace, parvient à les délivrer mais le duo en pleine bagarre est arrêté et transféré à l’Hôpital psychiatrique dirigé par la Dr Staple, dont les travaux tentent de prouver que le héros n’existe que dans les comics. Ils y retrouvent une vieille connaissance osseuse et pas question pour le trio de rester entre ces murs, d’autant qu’une tour géante doit être inaugurée.
La voici donc cette conclusion annoncée de la trilogie sur la limite entre le surhumain et le réel. Incassable ne m’avait pas emballé car trop de questions restaient sans réponse; Split lui était supérieur de par la performance de Mc Avoy mais avec cette ombre de l’avant-dernière séquence inexpliquée. Glass les surpasse.
La séquence introductive annonce déjà la couleur : nous allons avoir un véritable duel. Au début annoncé entre nos protagonistes, c’est un autre ennemi qui va se dresser face à notre trio: la psychanalyse expérimentale. Et ce traitement de choc s’avère redoutable.
Si l’on excepte une étrange longueur dans l’asile ainsi qu’une étrange interprétation de l’âme policière secouriste, rien n’est à jeter dans cette troisième partie : les questions laissées ouvertes dans les deux premiers opus (l’origine du mal d’Elijah et la surprenante volte-face de Kevin) trouvent leurs réponses, à tel point que j’ai éprouvé une empathie certaine pour chaque membre du trio, ce que je pensais impossible après les deux premiers volets.
Mais là où Shyamalan frappe fort, outre son hilarante apparition, c’est par le double procès qu’il intente: d’une part à l’ordre psychiatrique comparé au véritable Lucifer (parfate Sara Paulsen), mais surtout à notre société de consommation par le dernier coup de génie du trio. Oui, il va y avoir une certaine révolte à la fin et les performances de chaque membre du trio marquent, particulièrement Willis. On relèvera également la musique excellente et le générique de fin sur lequel on ne voudrait pas vraiment marcher.
A recommanderVoir plus


Eric2017

il y a 29 jours

Wouah ! Après Incassable et Split voici le 3ème volet. Du coup on retrouve Bruce Willis qui enfin a un rôle à sa mesure même si on le voit peu, sans oublier Samuel L. Jackson fidèle à lui-même. Si vous avez aimez comme moi les deux premiers films alors n'hésitez pas à vous rendre dans une salle pour apprécier GLASS. Dénouement étonnant ce film tient en haleine du début à la fin. (F-16.01.19)Voir plus


Watchlist