La saveur des ramen Singapour 2018 – 89min.

Cineman Movie Charts

Cineman Movie Charts: le jury, c'est toi!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

5

3

3

0

0

4.2

11 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

il y a 1 mois

Un film délicat qui donne faim. On quitte la salle avec une envie de gouter tous ces mets offerts, dégustés et commentés mais un écran nous sépare ... même si j’ai eu l’impression non pas d’en reconnaître la saveur, mais d’en ressentir l’odeur, exquise à n’en pas douter.
Quelques allusions sur les relations sino-japonaises, mais j’aurais aimé un plus grand développement sur cette histoire et quelques commentaires sur Singapour et ses quatre langues officielles. Nous quittons la salle en espérant que Masato trouvera enfin la paix … et l’amour.Voir plus


CineFiliK

il y a 1 mois

« Gourmandise »

A la mort de son père, le jeune chef japonais Masato retourne à Singapour sur les pas de son enfance. Il souhaite apprendre la recette du « bak kut teh », soupe chinoise qui fit le bonheur et l’infortune de ses parents.

L’art culinaire et les plaisirs de la chère pour décupler sens et saveurs. Tradition, transmission, rapprochement et réconciliation se passent en cuisine ou en salle, autour d’un fait-tout, d’une assiette ou d’un bol. Le temps de partager et de se souvenir. Les images ouvrent l’appétit et l’on rêve à un cinéma olfactif qui saurait satisfaire les narines autant que les yeux. Une pincée de piment évoquant la cruauté de l’occupant nippon pour épicer le tout, mais des louches de miel ajoutées au potage qui empêchent de véritablement succomber.

6/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Casper73

il y a 1 mois

Bouillon de cultures

Cuisinier au sein de l’entreprise paternelle, Masako, devenu orphelin décide d’aller à la rencontre de sa famille maternelle. Une pérégrination dont le prétexte est un voyage culinaire. Japon+Singapour=Bataille:Amour= Ramen Tey. L’équation résolue par l’enfant des deux cultures. Si la cène est touchante, les trop nombreuses références gustatives ont tendance à alourdir plutôt qu’épicer le périple. On aurait apprécié d’être plus vite confronté au développement des incidences de la Grande Histoire dans la genèse familiale de Masako. Le final, à l’image du traditionnel narutomaki décoratif, ne surprend pas mais reste agréable à voir.Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Watchlist