Le Chat potté 2: La dernière quête Etats-Unis 2022 – 104min.

Critique du film

Rester à la hauteur de sa légende

Critique du film: Eleo Billet

Dans la lignée de Les Bad Guys (2022), DreamWorks propose un nouveau bijou d’animation inspiré de Spider-Man: New Generation (2018). Suite du Chat Potté (2011), cette nouvelle aventure du légendaire félin adopte un ton plus sombre dans un récit survolté, charmant, qui parodie plus que jamais les contes populaires.

Le Chat Potté (voix originale Antonio Banderas), plus arrogant, célébré et solitaire que jamais, a pour l’énième fois sauvé les habitants de sa ville. Seulement, son trépas, le huitième, à l’issue du combat, ne lui laisse plus qu’une vie, le menant à une retraite forcée. Traqué par un chasseur de prime, le gato autrefois intrépide va accepter de faire équipe avec son ancienne partenaire Kitty Patte de velours et un chien abandonné pour récupérer une carte menant à l’Étoile à vœu, seule capable de sauver le Chat Potté d’une fin tragique.

Le Chat Potté a bien grandi depuis sa naissance dans des contes italiens puis Shrek 2 (2004). Après près de deux décennies de péripéties au cinéma, il était temps de permettre au personnage d’affronter sa plus grande peur, celle de la mort. Mais représenter un Casanova intrépide, mélodramatique, l’égal de Zorro, faire une crise d’angoisse ne pouvait aller de pair qu’avec une animation moins enfantine, plus ambitieuse. Pari tenu.

Plus qu’une maturité, c’est à toute l’évolution d’une industrie que participent les réalisateurs Joel Crawford et Januel Mercado et leur équipe, expérimentant par exemple avec le nombre d’images par secondes. Mêlant animation 2D et 3D dans un style pictural, les plans sont fluides, superbement composés, tantôt plus vrais que nature qu’époustouflants à chaque changement d’environnement. Du western spaghetti au slasher en passant bien sûr par le fantastique, Le Chat Potté 2 (2022) touche à tous les genres avec maîtrise et surprend souvent par son audace.

Côté récit, l’humour est mieux dosé malgré la présence d’un comic-relief aussi mignon qu’exaspérant et d’un trop grand nombre de personnages, notamment Boucle d’or et les Trois Ours. Quant à Jack Horner, inconnu chez nous, il était de toute manière si caricaturale qu’en faire l’antagoniste le plus cruel et immoral qui soit se révèle un excellent choix. Comme tout bon conte, la morale est certes attendue, mais la réflexion qui la précède sur l’amitié, la confiance et le respect de la vie en fait un message adapté à toutes les générations.

12.12.2022

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CortoMaltese

il y a 9 jours

Attention si vous allez avec de petits enfants, le méchant est vraiment terrifiant! C'est malsain


Eric2017

il y a 1 mois

Chat Potté ou pas ils ont tous neuf vies ! Et celui-ci est arrivé à son ultime vie. J'ai été très surpris par cet opus car le scénario est très bien écrit et quelque soit notre âge, il y a quelque chose à comprendre. Il y a une morale qui n'est pas sans rappeler les anciens DA de Disney. On y trouve même quelques petits clins d'oeil aux western spaghettis de Sergio Léone et à différents contes. Question technique c'est assez époustouflant. Et j'ajoute une mention d'excellence pour le chien PERRO, qui donne un plus à cette suite. Un très bon spectacle que ce DA de Deamworks. (F-23.12.22)Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Autres critiques de films

Avatar: La Voie de L'Eau

Le Pire Voisin Au Monde

Astérix & Obélix : L'Empire du Milieu

Babylon