Jeune femme France 2017 – 97min.

Jeune femme

Critique du film

Jeune femme

Alexandre Janowiak
Critique du film: Alexandre Janowiak

Paula, une jeune femme de 30 ans avec un chat sur le bras et rien dans ses poches, traverse Paris sans but précis. Son copain de longue date vient de la quitter, sa mère ne veut pas la voir et elle n’a pas d’amis. Paula ne se laisse pas abattre et trouve un double emploi comme nounou et vendeuse de lingerie féminine ainsi qu’une chambre de bonne où se loger. D’autres problèmes s’annoncent déjà, mais Paula est déterminée à se réinventer une nouvelle vie.

En mai dernier, Jeune femme faisait sensation sur la Croisette. Après avoir séduit le public cannois, le long-métrage de Leonor Serraille est reparti avec la Caméra d'Or, prix du meilleur premier film. Il faut dire que pour un premier essai, la réalisatrice française frappe fort. Dès ses premiers instants, Jeune femme empoigne le spectateur avec un violent coup de tête contre une porte puis grâce à un monologue regard-caméra saisissant de son héroïne : Paula. La jeune réalisatrice française installe ainsi le portrait de femme libre, énergique, troublée et déterminée qui constituera l’ensemble de son récit. Naviguant ici ou là dans les rues parisiennes, passant de nuits endiablées à celles éminemment cruelles, composant entre du babysitting et un boulot de vendeuse, Paula est une protagoniste qui se construit, se déconstruit et se reconstruit au gré de la vie et de ses aléas. Cette liberté, le film l’absorbe à chaque instant dans sa mise en scène solaire, où l’héroïne est de tous les plans, et son scénario imprévisible. Magnifique portrait social, Jeune femme est enfin sublimé par son interprète principale : Laetitia Dosch. Colérique, enjouée, perdue ou extravagante, l’actrice, repérée dans La Bataille de Solférino en 2013, sait tout jouer et donne un souffle épique au long-métrage.

04.12.2017

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 11 mois

“L’âge de la déraison”

Après s’être défoncée la tête sur la porte laissée close de son amant très cher, Paula la rousse se retrouve dans la nuit parisienne, sans toit ni épaule sur laquelle pleurer. Abasourdie, mais résistante, la jeune femme va tout essayer pour rebondir.

Chacun cherche son chat, son métier, ses amours, sa raison d’être. Exception faite de Paula qui vit au jour le jour, quitte à tout perdre en un instant. Mais que désire-t-elle au juste ? Reprendre des études, renouer avec sa mère qui ne veut plus la voir, porter un enfant ? Celle que l’on prend pour une autre court après un passé à jamais perdu.

Il en faut de l’énergie pour incarner cette Bridget Jones « attachiante ». Boule à facettes, Laetitia Dosch se révèle en relevant le défi. Elle se montre comique, flamboyante, hystérique, horripilante et presque émouvante.

6.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 11 mois


georges511

il y a 1 an

Absolument merveilleux du début à la fin.
Une claque comme j'aimerai en recevoir beucoup plus souvent dans une salle de ciné.

Merci du coeur 😍😙


Autres critiques de films

Le Grinch

Mortal Engines

Bohemian Rhapsody

Spider-Man: New Generation