Réparer les vivants Belgique, France 2016 – 103min.

Résumé

Réparer les vivants

genre

De retour de l’océan, trois surfeurs ont un accident de voiture. Parmi eux, Simon, plongé dans un coma profond. Sa mère Marianne est suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, dans l’espoir insensé qu’il se réveille. A quelques centaines de kilomètres, à Paris, une mère de famille dont le cœur est malade attend une greffe pour prolonger sa vie…

Date de sortie

Romandie: 2 novembre 2016

Réalisateur

Casting

Bandes-annonces, vidéos & images

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 3 ans

Pensée du jour : Le cœur à l’ouvrage

Simon, 17 ans, passionné de surf, perd la vie dans un accident de voiture. En état de mort cérébrale, son corps est maintenu en vie par les machines. Ses parents, encore sous le choc, n’ont que peu de temps pour décider s’ils accordent aux médecins le droit de prélever ses organes. Ailleurs, Claire, la cinquantaine fragilisée par la maladie, doute en attendant un nouveau cœur.
Tragique et beau est le prélude. Il fait encore nuit quand un adolescent saute par la fenêtre et s’en va enfourcher son vélo. Dans les méandres routiers de la ville, il est rejoint en skate par un complice qui a fui par les toits. Ils sont attendus dans sa camionnette par un troisième aventurier, l’excitation aux yeux de tous. Destination finale, la mer, afin d’être les premiers au petit matin à briser les vagues. Les scènes de surf sont magnifiques, Simon ayant l’art de s’engouffrer entre les lames de fond. Mais les flots s’amoncellent tels des nuages noirs, annonciateurs d’un grand malheur. La suite est moins convaincante. Sur des images souvent contemplatives ou chirurgicales, une mélodie de plus en plus lancinante – Alexandre Desplat est au piano –, entraîne chacun des nombreux protagonistes, qu’il soit patient, médecin ou de la famille, à chanter en « cœur » et sans dissonance aucune le petit bout de partition qu’on a bien voulu lui accorder. Ainsi, le film élude les grandes hésitations liées à la problématique – comment donner et recevoir le corps d’un mort aimé ou inconnu ? –, de même que plusieurs personnages pertinents – l’amie et les compagnons d’escapade de Simon sont inexistants –, en faveur d’un discours orienté sur le don d’organes. Obligeamment bercés, nos paupières se ferment alors que d’autres se rouvrent enfin.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


vincenzobino

il y a 3 ans

4.5: Le point de non-retour
Simon, adolescent passionné par la voile et le skateboard est victime d'un accident qui le plonge en mort cérébrale. Pour ses parents déjà ébranlés par la nouvelle, une autre épreuve les attend : accepter de faire don des organes de leur fils, les hôpitaux manquant de donneurs. Et le cœur du jeune homme, c'est Claire, femme quadragénaire atteinte d'une myocardite, qui semble être le receveur idéal. Encore faut-il que les parents de Simon donnent leur consentement.
Évoquer la problématique des dons d'organe s'avère être délicat et nécessite un traitement empli à la fois de pudeur et d'information afin que le grand public pas encore concerné puisse se forger une opinion précise: le mérite du film est de rendre compte avec une certaine justesse à la fois de la douleur voire de la culpabilité d'une part, de l'espoir et anxiété d'autre part avec au milieu le corps médical en intermédiaire. Le film est également une véritable claque photographique, notamment la séquence d'ouverture précédant l'accident et la manière dont ce dernier est suggéré sous une forme douce visuellement mais encore plus puissante que l'impact lui-même psychologiquement parlant.
Les acteurs sont tous justes, particulièrement Anne Dorval (la Mommy de Dolan) et Dominique Blanc.
Je suis par contre un peu plus mitigé sur le choix de l'opération proprement parlé (n'ayant pas lu le livre, impossible de savoir si réellement ainsi) mais plutôt que de montrer l'intervention du côté médical avec certaines images pouvant rebuter les plus sensibles, n'eut-il pas été préférable de le vivre tels que les proches l'auraient vécus. Choix (magnifique du reste) est fait de croiser les regards à un seul instant. L'on ressent l'empathie commune mais regrette que cet échange soit si bref.
Se laisse néanmoins voir...Voir plus


muchachas

il y a 3 ans

Bien filmé, vraiment, mais triste, tellement ...


Watchlist

Séances Réparer les vivants

Malheureusement, le programme n’a pas encore été porté à notre connaissance. Nous vous le communiquerons dès que possible.

Louez des films recommandés

Teleboy
Hollystar

Dès à présent dans les salles 6 sur 55 Films