Papa ou maman 2 Belgique, France 2016 – 86min.

Critique du film

Papa ou maman 2

Critique du film: Geoffrey Crété

Deux ans après leur séparation rocambolesque, qui s’est terminée par un nouveau bébé, Vincent et Florence ont enfin trouvé une situation idéale : deux maisons dans la même rue, l’une en face de l’autre, pour se partager les enfants et vivre une vie de famille presque normale. Mais l’équilibre fragile des Leroy est rompu quand Vincent, en couple avec la douce Bénédicte, apprend que Florence a elle aussi un homme dans sa vie, Edouard…

On reprend les mêmes et on recommence, à quelques détails près. A peine deux ans après le succès surprise de Papa ou maman, Marina Foïs, Laurent Lafitte, le réalisateur Martin Bourboulon et les scénaristes Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte (le duo notamment derrière Le Prénom) se retrouvent pour une nouvelle farce conjugale burlesque. Une légère variation dans la formule pour rejouer l’hystérie et la petite guerre sous les yeux des enfants, avec des gags globalement réussis, et ce politiquement incorrect dans les clous. Rien de bien extraordinaire après le premier film, d'autant plus que le film répète lourdement la recette avec moins d'inventivité. Mais l'efficacité est efficacité, et la comédie ravira sans problème le public.

05.12.2016

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 4 ans

Pensée du jour : Suite parentale

Cela fait déjà deux ans que Vincent et Florence vivent séparés, mais ensemble. A moins que ce ne soit le contraire. Mais quand l’un et l’autre semblent retrouver chaussure à leur pied, sentiment et jalousie bouillonnent. De quoi faire tourner les têtes et déconcerter leurs quatre enfants.

Ils s’aiment, un peu, beaucoup, à la folie, passionnément et… plus de tout. Pas facile à suivre que ce couple mal assorti et fusionnel – mêmes maisons l’une en face de l’autre, mêmes goldens prénommés Jean quelque chose, même humour et même mauvaise foi –, campé à nouveau par les imprévisibles Laurent Lafitte et Marina Foïs. Et dans cette confusion affichée, ce sont les gamins ballottés qui trinquent encore. Au bébé de 15 mois oublié dans un coin, la bouche barbouillée de pâté pour chien : « Est-ce que lui mange dans ta gamelle, petite égoïste ?! » On apprécie toujours l’irrévérence de ces deux sales gosses qui était déjà la patte d’un premier épisode plus frais et plus tenu dans son ensemble. Dommage que le scénario de cette suite parentale, certains gags et seconds rôles –Michel Vuillermoz, puis Nicole Garcia n’ont pratiquement rien à jouer – laissent un arrière-goût d’inachevé.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


Autres critiques de films

The Suicide Squad

Fast & Furious 9

Jungle Cruise

Un homme en colère (Wrath of Man)