Captain Fantastic Etats-Unis 2016 – 118min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

25

15

5

4

1

4.2

50 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

morganmomomorgan

il y a 3 ans

Magnifique!
J'aime bien l'idée que des personnes vivent différemment que la plupart des gens et qu'ils assument leur vision du monde.
Je ne trouve pas que c'est un mauvais père. Ses enfants savent beaucoup de choses sur le monde (et l'Amérique). {Je pense qu'ils ont tous le potentiel pour aller à l'université.}Voir plus

Dernière modification il y a 1 an


aude86

il y a 3 ans

Magnifique choc entre la nature et la civilisation/mondialisation et belle leçon de vie. Très bien interprété, le film balance habillement entre la comédie et le drame. A voir !


commundmortels

il y a 3 ans

Hyper prenant, passionnant, qui donne envie de faire la même chose avec ses enfants. En fait, ce film me donne encore plus envie d'être franc et direct, de ne jamais utiliser de détour pour dire les choses...
Mais pour revenir au film lui-même, c'est un beau mélange de douceur et de souffrance qui ne laisse personne insensible. A mettre dans l'agenda!Voir plus


regis_m

il y a 3 ans

Film déstabilisant. On a beau être pétris de convictions, celles-ci volent en éclat en permanence. On prend partie lors d'une séquence ? Celle qui suit fait voler en éclat cette opinion. On ne peut être d'accord avec ce père qui décide d'élever ses enfants en marge de la société. Et pourtant... Il y a un côté extrême, mais l'est-il tant que cela ? Quand on est convaincu (comme je le suis) que le monde actuel tend à empoisonner et à abrutir les générations actuelles et celles à venir, faut-il pour autant mépriser et se couper du monde ? Après avoir vu Captain Fantastic, j'aurai envie de dire oui, mais concrètement ? Oui, ce film fait s'entrechoquer l'idéal et la réalité, et n'élude aucune question que l'on se pose au fur et à mesure.
J'aurai bien mis 6/6, mais je n'ai pas compris certains éléments de la fin. Erreur de montage ? Message qui m'a échappé ?
En tout cas, un film qui se laisse regarder avec fluidité, mais duquel on pourrait discuter durant une nuit, chaque séquence étant passionnante et porteuse d'un message.Voir plus


novecenti

il y a 3 ans

Choc de valeur et de mode de vie. Survivalisme, isolement, culture, vérité d'une part et consommation, bigoterie, hypocrisie de l'autre. Un film intelligent questionnant valeurs, croyances et mode de vie. Loin des excès d'un certain cinéma américain. Très bien joué d'une manière générale. La dernière partie m'a un peu laissé sur ma faim car u peu trop consensuelle et carte postale à mon goût. Un film espoir.Voir plus


CineFiliK

il y a 3 ans

Pensée du jour : Les Pierrafeu

Ben et Leslie Cash ont fait le choix de vivre en forêt avec leurs six enfants à qui ils imposent une éducation stricte et complète. Mais l’hospitalisation, puis la mort de Leslie, contraint la famille de quitter son antre à ciel ouvert afin de pouvoir assister à l’enterrement. La confrontation à la civilisation américaine alentour va tout changer.

Un daim arrache une feuille et la rumine, lorsqu’une figure noire de boue apparaît discrètement derrière un buisson. La bête n’a guère le temps de s’en apercevoir qu’une lame acérée déjà l’égorge. Bodevan, l’aîné de la famille, vient de l’achever. Son père lui donne avec fierté le foie de l’animal que le jeune homme mange cru sous les cris guerriers de ses frères et de ses sœurs : « Tu es désormais un homme, mon fils ». Ce rite initiatique qui nous situerait dans une contrée lointaine africaine ou amazonienne est pourtant le fait d’Américains qui une fois désembourbés retrouvent un faciès plus habituel. Ces enfants de prime abord sauvages passent, sous l’égide du père, leur journée à endurcir corps et cortex loin de tout système imposé par la société consumériste dominante. Ainsi dissertent-ils, de 5 à 18 ans, autour du feu, des théories marxistes ou théorèmes mathématiques complexes, tout en jouant de la musique ou en escaladant à mains nues les falaises de la région. Le décalage est plutôt amusant et l’on se dit qu’ils sont peut-être plus heureux ainsi que tous les moutons qui les encerclent. Mais quand Ben, une fois en route pour la grande ville, met sur pied une opération de vol à l’étalage et offre à chacun de ses petits un couteau à l’occasion du « Noam Chomsky day » plutôt que de Noël, une gêne s’interpose mettant frein et limite à l’utopie hippie. Le capitaine de ce drôle d’équipage, dont on ne connaîtra malheureusement jamais la genèse, ne serait-il pas plus fanatique que fantastique en obligeant sa famille à vivre dans un isolement à risque ? Ces enfants épanouis sont-ils des singes savants sous emprise à même d’affronter un jour le monde sis à leur porte ? La révolte se fait sentir et inquiète. Heureusement que le film équilibre les forces avec humour en évitant les écueils d’un manichéisme simpliste entre rats des villes et rats des forêts, permettant à chaque camp d’exposer ses convictions tout en autorisant une remise en question. Force est de constater que l’éducation reste un sujet tortueux ou rien n’est simple, rien n’est évident.

7/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


vincenzobino

il y a 3 ans

Oh Capitaine, mon capitaine
Ben élève ses 6 enfants à la dure: en pleine "jungle rocheuse". Il leur impose une discipline militaire, une franchise absolue et ne leur épargne rien que ce soit la chasse ou des leçons scolaires casanières. En apparence, tout le monde semble s'y plaire sauf qu'il y a un manque: une mère et épouse décédée. Et notre septuor est personna non grata à son enterrement.
Opposition de styles de vie entre casanier et citadin, Captain Fantastic nous invite à une puissante réflexion sur l'intégration dans tel ou tel type de vie. Les quinze premières minutes sont prodigieuses de par le premier plan fantastique ainsi que ce qui semble s'apparenter à des vacances éducatives expérimentales. Seulement, lorsque l'on découvre que cette vie, les enfants la vivent depuis bien plus longtemps, le côté citadin a tendance à mettre mal à l'aise. Et l'inverse se produit plus tard dans le film.

Pour son premier film, Matt Ross réussit le magnifique tour de force de laisser la décision finale de ce qui est bien ou mal au spectateur en pesant les avantages et inconvénients du type de vie sédentaire et en les confrontant à un certain manque de savoir-faire d'une certaine catégorie de citadins enfants-gâtés (catégorie à laquelle j'appartiendrais). En mixant humour, discipline et instants magiques, dont un exceptionnel bœuf musical, il nous offre deux heures de bonheur pur même si certaines séquences peuvent rebuter (attention aux âmes sensibles sur une séquence animalière en tout début de film) ou conforter la préférence du style de vie.
Viggo Mortensen est à nouveau extraordinaire mais ce sont bien les acteurs enfants qui impressionnent, particulièrement deux filles bouleversantes.
Une expérience à ne surtout pas rater. A recommander vivement...Voir plus


Watchlist