John Galliano France, Royaume-Uni, Etats-Unis 2023 – 117min.

Critique du film

La chute de l’enfant prodige

Critique du film: Fanny Agostino

Après les portraits de Bob Marley (Marley, 2012) et de Whitney Houston (Whitney, 2018), le réalisateur écossais Kevin Macdonald raconte Galliano. Alternant archives et interview face caméra du couturier, il signe un documentaire sans panache de la star déchue.

En 2011, John Galiano est attablé à la terrasse de la brasserie parisienne la Perle. L’air hébété, il engage la conversation avec deux femmes, qui le filment à son insu. Il déclare admirer Hitler et leur signale que, s’il était toujours en vie, leurs familles seraient mortes gazées. La diffusion de cette vidéo dans la presse scelle la chute du tailleur prodige, qui est renvoyé de chez Dior avant d’être traduit en justice. Comment l’enfant chéri de la mode en est-il arrivé là?

Très convenue, la narration débute par les débuts de John Galiano à la Saint Martin’s School of Art. Galliano raconte lui-même son histoire face caméra. Il évoque ses influences, comme le film «Napoleon» d’Abdel Gance qui lui inspirera son défilé de fin d’études. Le récit se déroule sous le dictat de la chronologie: les années difficiles sans financement, le soutient d’Anna Wintour puis Bernard Arnaud, qui l’engage comme directeur artistique pour Givenchy avant d’être surclassé chez Dior. Les captations vidéo des défilés permettent d’apercevoir les créations du génie de la haute couture.

La seconde partie n’est autre qu’une suite de justification de la crise traversée par Galliano. Le suicide de Steven Ronbinson, son bras droit (gestionnaire d’atelier, meilleur ami et dealer) qui le plonge dans une période noire où l’alcool et les somnifères sont consommés avec frénésie. Quelque temps plus tard, c’est le tour de son ami Alexander McQueen. Le contexte est posé: tout est fait pour justifier les frasques de Galliano. Auxquels l’intéressé livre, en interview, des justifications pour le moins douteuses…

Kevin Macdonald a monté son documentaire à la manière d’un paparazzi. Tout l’enjeu du long métrage joue sur l’attente de l’explication donnée par Galliano à propos de ses paroles antisémites. Force est de constater que la curiosité ne masque pas le vide.

25.04.2024

2.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 mois

L'ascension et la chute de ce grand couturier qu'est John Galliano. Ce documentaire dont l'histoire est narrée par Galliano lui-même est très bien monté et décrit assez bien ce que l'on s'imagine lorsque l'on est dans le domaine de la Haute couture. Pas du tout un accroc de ce milieu, j'ai voulu voir ce film dont le personnage est intéressant tant dans son originalité créative que dans son excentricité. Pour avoir tenu des propos qui dépassaient très probablement ses pensées, il fut banni et rejeter par ce monde qu'il 'a pourtant adulé. Depuis dix ans maintenant ce couturier redevenu sobre et clean est le Directeur d'une maison de haute couture. (G-25.04.24)Voir plus


Autres critiques de films

Vice-Versa 2

Bad Boys: Ride or Die

The Bikeriders

Un p’tit truc en plus