Critique24. April 2018

Valse avec la mort - «Foxtrot»

Valse avec la mort - «Foxtrot»
© Filmcoopi AG

Lion d’Argent de la Mostra de Venise, à 55 ans le réalisateur israélien Samuel Maoz compose avec «Foxtrot» une fable allégorique sur les traumas de la guerre et l’invasion du Liban en 1982; un deuxième long-métrage surréaliste et caustique à découvrir en salle dès le 25 Avril.

En deux mots

Jonathan Feldman est un jeune soldat en service avec trois autres gardes à un poste-frontière isolé en plein désert. Un matin, ses parents (Mickael et Dafna) qui habitent Tel-Aviv apprennent que leur fils est tombé pour Israël. Un cortège militaire aussi absurde que futile se charge alors du couple en deuil mais une bourde administrative pourrait bien remettre en cause la véracité de la triste nouvelle.

Michael Feldman, le père (Lior Ashkenaz) à Tel-Aviv
Michael Feldman, le père (Lior Ashkenaz) à Tel-Aviv © Filmcoopi AG

La critique

Au cours des dix dernières années, l’invasion du Liban en 1982 aura inspiré un renouveau du cinéma de guerre israélien avec notamment Valse avec Bachir (Ari Folman) ou encore Lebanon, premier film de Samuel Maoz qui a lui-même participé à la première vague militaire de 82. Cette fois le Foxtrot, danse de salon nord américaine, illustre une allégorie sur l’armée israélienne et le trauma de la guerre. Voilà qui n’est pas banal et le résultat est tout aussi surréaliste.

Jonathan (Yonathan Shiray), tout à droite, et le reste de la garnison dans un abri du poste-frontière.
Jonathan (Yonathan Shiray), tout à droite, et le reste de la garnison dans un abri du poste-frontière. © Filmcoopi AG

«Foxtrot» est une farce tragi-comique composée en trois actes et dans laquelle se mêlent les destinées du fils aîné Jonathan (Yonathan Shiray), que l’on dit tombé à un poste-frontière, puis celle du père et de la mère, effondrés, mais aussi celle des subordonnés de l’armée israélienne. Samuel Maoz compose avec une lenteur déroutante les abîmes au seuil du deuil parental. Dans un premier acte à Tel-Aviv, la caméra se déplace près d’un velux où l’on distingue une masse volubile d'oiseaux migrateurs, puis un plan sur le tableau d’un chaos très Pollock. Dès lors, l’allégorie prend forme et Maoz nous conte une fable cinglante du désordre.

Une surveillance surréaliste rythmée par le passage des dromadaires...

Le réalisateur s’échine à dépeindre l’absurdité de la guerre. Il y a une partie centrale, la deuxième, névralgique, celle de la bavure militaire de Jonathan et sa dissimulation par les gradés. Une scène jugée «anti-israélienne» et qui provoquera d’ailleurs la colère de la ministre de la Culture Miri Regev. Quoi de plus risible pour cette jeunesse israélienne que d’être envoyée en garnison à un checkpoint désertique; une surveillance surréaliste rythmée par le passage des dromadaires. Sous l'étendard du Foxtrot, cette danse surannée où les pas ramènent inlassablement au point de départ, Maoz cravache la mission patriotique et l’honneur militaire.

Mickael et Dafna, les parents, incarnés ici par Lior Ashkenaz et Sarah Adler
Mickael et Dafna, les parents, incarnés ici par Lior Ashkenaz et Sarah Adler © Filmcoopi AG

Le troisième acte termine le conte comme une amère tragédie grecque. Michael Feldman, le père (Lior Ashkenaz), aura créé son propre châtiment. Samuel Maoz interroge les concepts de la foi, du destin et la fatalité de l’existence. Autant d’énigmes philosophiques irrésolues où miroitent deux générations traumatisées par la guerre. Pour ces parents, incarnés par Lior Ashkenaz et Sarah Adler, la perte d’un fils devient métaphysique. Un brin désabusé, le film pourra surprendre par sa narration éclatée et son rythme inattendu. Mais il rayonne de «Foxtrot» une thématique trop peu présente dans le cinéma contemporain et le réalisateur livre une métaphore acerbe qui fera nécessairement date.

Note de la rédaction -> 3/5★

Foxtrot - 2017 - Drama

Réalisateur: Samuel Maoz

Acteur: Lior Ashkenazi, Sarah Adler

Cet article vous a plu ?


Commentaires 6

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Pierre-ri

il y a 5 mois

Perso j'avais été impressionné par le premier Lebanon, je suis très curieux de celui-ci !


Membre supprimé.

il y a 5 mois

J'ai lu que la photographie était absolument dingue


colin_chillou

il y a 5 mois

La polémique est au coeur de l'art, c'est même son moteur ! Difficile de juger le film sans l'avoir vu, mais cette critique ouvre certains horizons de curiosité. A voir (peut etre ?)


maseti06

il y a 5 mois

...et merci Cinéman pour les commentaires hebdomadaires ( et non pas dromadaires ) qui nous aident chaque semaine à y voir plus clair et nous guident dans nos choix...


maseti06

il y a 5 mois

sujet difficile et visiblement polémique ...en tout cas il semble que beaucoup de sujets soient abordés .la critique donne envie de voir le film...pour le reste n'oublions pas que tout ça n'est que du cinéma


benadel

il y a 5 mois

"Foxtrot", un film primé... Et pour cause

Pour quelles raisons est-il le traître

A cette patrie qui l’a vu naître ?

Le pays naissant sur la Shoah

Aussitôt livrée à la boa

Des pays voulant l’anéantir,

Ne mérite nullement les tirs

A boulets rouge sur son armée

Portant le statut de mal-aimée.

Nombre de nations européennes

Ont la culpabilité pérenne

D’avoir assisté au génocide

D’un peuple et d’être restées placides.

Alors, prenant pour du pain béni

L’œuvre long-métrage qui bannit

L’armée de défense d’Israël

Pour une bavure fictionnelle,

Certains critiques politiciens

Dénigrent l’état lilliputien.

Je crie sus au réalisateur

Ayant enclenché l’affreux moteur

De cette aversion dévastatrice ;

Elle est cette horrible instigatrice

D’un antisémitisme haineux.

Pour briser un avenir ruineux,

Nombre d’artistes israéliens

S’évertuent à défaire les liens

Qui les attachent à leur pays,

Ils sont par l’ambition accueillis.

Une œuvre vantant l’État Hébreu

Tomberait dans l’oubli malheureux.

Puissent-ils un jour être conscient

Que pour les assoiffés impatients

Assassiner les israélites,

Inclus ceux se prenant pour l’élite ;

Ils mourront indubitablement

Sous le couperet du châtiment.

Critiquer l’armée la plus morale

Ne peut qu’attiser la bête ancestrale.Voir plus


  • Page 1 sur 1