News15. Februar 2018

#Berlinale 2018 - On a vu «The Isle Of Dogs» de Wes Anderson !

#Berlinale 2018 - On a vu «The Isle Of Dogs» de Wes Anderson !
© 2017 Twentieth Century Fox

Présenté en film d’ouverture et en avant-première mondiale à la 68ème Berlinale, Wes Anderson revient au stop-motion et compose une oeuvre politique d’inspiration cyberpunk et post-apocalyptique. Voici notre réaction à chaud, en direct de la Berlinale.

Au Japon, dans un futur proche, les hautes autorités gouvernementales décrètent la déportation massive des chiens afin d'enrayer le fléau d’une surpopulation. Ghetto maritime, la “trash island” est le réservoir puant d’une surconsommation industrielle. Désastre presque lunaire, en phase terminale, celle qu’on appellera l”île aux chiens” deviendra le chenil idéal pour gazer le meilleur ami de l’homme. Mais c’est sans compter sur le courage de Atari Kobayashi, un jeune pilote qui tentera de sauver son chien Spot, le premier des déportés...

© 2017 Twentieth Century Fox

Après Fantastic Mr. Fox, Wes Anderson signe ici son deuxième long-métrage réalisé en stop-motion. Avec entre autres, Bryan Cranston, Edward Norton, Bill Murray, Jeff Goldblum, Frances McDormand, Harvey Keitel, Scarlett Johansson et encore Tilda Swinton, la distribution réunit la fine fleur chérie du cinéma contemporain dans un film engagé mais un chouïa superficiel...

«Kaléidoscope éventré d’un siècle d’histoire sino-occidentale...»

Généreusement inspiré par l’art graphique japonais, Wes Anderson et la prodigieuse direction artistique ont imaginé un univers où se rencontrent stop-motion, Akira et les estampes d’Hokusai. Dans ce décor, comment ne pas reconnaître le spectre de la déportation et l’ombre atomique? Comment ne pas distinguer sous ces masques canins la personnification tragique des crises migratoires? Kaléidoscope éventré d’un siècle d’histoire sino-occidentale, Wes Anderson s’enrage et compose une oeuvre inattendue. Une douce violence, un peu naïve, un brin feel-good, mais drôle et lucide. Avec une tendresse narrative propre à la bande dessinée “Maus” de Art Spiegelman, Wes Anderson se cape de science-fiction et philosophe sur l’humanité, la démocratie et l’éthique scientifique.

«une merveille visuelle...»

Profondément cyberpunk, sur fond de surpopulation post-apocalyptique et de révolte étudiante, le film ne s’envolera finalement jamais au-delà de la simple mise en garde, embourbé sans doute au milieu d’intentions trop intergénérationnelles… Mais The Isle of Dogs est une merveille visuelle et fera nécessairement date dans la carrière du réalisateur. A découvrir sur les écrans le 11 avril 2018, année du chien dans l’horoscope chinois. Amusant n’est-ce pas ?

La bande-annonce

Cet article vous a plu ?


Commentaires 0

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement