Tenet Royaume-Uni, Etats-Unis 2020 – 150min.

Critique du film

Tacet

Lino Cassinat
Critique du film: Lino Cassinat

Chacun de ses films sont d’ordinaire très attendus, et avec un été privé de blockbuster, il est carrément vu comme un messie pouvant raviver la fréquentation en berne des salles de cinéma: Christopher Nolan nous revient avec son nouveau puzzle quantique intitulé Tenet. Mais cette fois-ci, il est fort probable que le film divise très fortement.

Un agent secret anonyme découvre qu’une nouvelle technologie dépassant l’entendement a été mise au point. Malheureusement, sa simple existence ne peut signifier que deux choses: quelqu’un ou quelque chose souhaite la fin de toutes choses, et cette entité ne peut pas être de ce monde...

Difficile exercice que d’introduire un film comme Tenet. D’abord parce qu’avec son intrigue et son concept redoutablement complexe, ses scènes d’action surprenantes et du haut de ses quasiment trois heures, il y a beaucoup trop à en dire, tant Tenet est riche et particulier, dans ses défauts comme dans ses qualités. Impossible d’être exhaustif, mais s’il y avait une essence à extirper du film, c’est qu’il est plus royaliste que le roi: en somme, plus Nolanien que tous les films de Nolan, extrémisant le boire et le manger typiquement servis par l’auteur, seul à la barre du scénario.

Ainsi, Nolan, qui n’a jamais brillé par la souplesse de ses récits corsetés à l’extrême et encore moins par ses dialogues, touche ici le fond et atteint un niveau purement et simplement exécrable. Pas une seule seconde parlée de Tenet ne sonne juste, et tout est prétexte à délivrer une explication mystifiante et lourdingue ou une maxime quantico-métaphysique à deux doigts du babillage de gourou Wacoan sous LSD. Même le casting est écrasé par la pesanteur de leurs répliques absconses, et il fallait bien John David Washington et Robert Pattinson, ici deux colonnes de charisme s’élevant jusqu’à Jupiter, pour réussir à les porter tant bien que mal et casser un peu la rigidité métallique du script, d’autant plus face à la caractérisation au lance-grenade de l’antagoniste «principal» ( Kenneth Brannagh) et du seul personnage féminin (Elizabeth Debicki).

Et pourtant. Malgré tant de balles dans le pied, Tenet s’avère un excellent moment à passer, pour qui est capable d’ignorer les pires tics du style Nolanien (et l’auteur de ces lignes y est plutôt réfractaire). «Ne cherchez pas à comprendre, plutôt à ressentir», dit un personnage en début de film alors que celui-ci entame une phase particulièrement touffue de son déroulé. Nombreux sont ceux qui y ont vu un aveu d’échec narratif du film, admettant une incapacité à s’énoncer simplement. Mais si elle est cette condamnation, comme le chat de Schrödinger, elle est en même temps son salut. Car il suffit que Tenet abandonne enfin le langage des mots et commence enfin à employer celui des images pour que le spectateur soit emporté par une expérience rare du temps et de l’espace, à la limite de l’anomalie pour un blockbuster hollywoodien, tant les sphères abstraites conjurées par le film donne un vertige proche de l’effroyable, semblable dans ses envoûtements fantomatiques et sa mise en scène de l’invisible à Kaïro, pourtant un film radicalement différent.

C’est en définitive lorsque Tenet se tait qu’il communique le plus, et sans ne rien vous gâcher de ce qu’il transmet, il révèle un sentiment infiniment triste jusqu’ici seulement entr’aperçu chez Nolan. C’est lorsqu’il explose à l’écran que Tenet devient alors indéniablement beau, spectaculaire (Nolan est ici au sommet de sa mise en scène de l’architecture contemporaine qui lui est si chère), magique, mais surtout, émotionnellement puissant, même en dépit d’un ultime dénouement aux petits pieds. Le plus impressionnant paradoxe de Tenet n’est donc pas physique mais artistique: transporter au bon endroit avec une œuvre empruntant le mauvais chemin.

24.08.2020

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Sequoia

il y a 10 jours

Un bon James Bond haletant. Scénario complexe, oui, et alors? C’est du Nolan dans toute sa gloire. Pas besoin de comprendre par quel mécanisme s’effectuent les va-et-vient incéssants entre le présent et le futur. C’est secondaire. Oubliez l’espace-temps, acceptez la donne et laissez-vous porter par les belles séquences du film, par le bon suspense et par l’excellente bande son.Voir plus


CineFiliK

il y a 22 jours

“Demain ne meurt jamais”

Un agent américain infiltré participe à une prise d’otages dans l’opéra de Kiev. Sa mission, récupérer un objet mystérieux et convoité par beaucoup. Mis en danger durant l’opération, il est sauvé par une balle inversée tirée par un soldat sorti de nulle part. Ainsi commence une lutte intense afin d’éviter une Troisième Guerre mondiale temporelle, plus dévastatrice qu’un « holocauste nucléaire ».

Autant dire que les premières scènes qui s’enchaînent à la vitesse d’un projectile risquent d’épuiser le spectateur le moins éveillé. On parcourt le monde en un claquement de doigt, multiplie les personnages furtifs et dégaine des théories pseudo-métaphysiques sur l’entropie. « Ne cherchez pas à comprendre, conseille une chercheuse, mais ressentez-le ». Progressivement, le puzzle inversé se remet en place, gagne en signification et procure un certain plaisir. A la recherche du temps perdu, le film évoque un James Bond sophistiqué retournant vers le futur pour combattre Terminator. Un scénario exagérément alambiqué qui donne le vertige, mais aurait gagné en puissance émotionnelle s’il permettait à ses personnages de dépasser leur rôle archétypique. Le Protagoniste du film, John David Washington, n’est même pas (pré)nommé. A lui seul, le palindrome événementiel de Christopher Nolan ne parviendra pas à sauver le cinéma en 2020, mais il demeure une réalisation spectaculaire à découvrir principalement sur grand écran.

7.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 22 jours


moimemeclement

il y a 1 mois

TENET est écrit et réalisé par Christopher Nolan.
Je ne vous l'apprend pas.
L'idée du film est très bien pensé malgré le fait qu'on ne comprend pas tout le film d'une fois le générique lancé.
Je me réjouis de le revoir à nouveau.
Je vous conseil d'aller voir ce film qui mérite plus qu'il le disent dans les critiques publiés sur YouTube.
Je vous conseil de ne pas visionner les critiques du film avant le film.
Les critiques de TENET ne donnent pas envie de regarder le film.
Personnellement, j'ai passé un bon moment durant 2 h 30.
J'ai préféré le film que la bande annonce.
TENET n'est pas écrit depuis la fin.
J'aurais préféré que le scénario soit du début à la fin à l'envers.
Mais, on ne peut pas être parfait dans tous les détails.
Je vous souhaite du plaisir en regardant TENET.Voir plus


Autres critiques de films

Dark Waters

Adieu les cons

Yakari, La Grande Aventure

After - Chapitre 2