Ouistreham France 2020 – 107min.

Critique du film

Une écrivaine s’emploie au travail précaire

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Juliette Binoche se glisse dans la peau d’une écrivaine, fatiguée de voir le chômage de façon abstraite. Dans Ouistreham, présenté dans à la Quinzaine des réalisateurs comme film d’ouverture, il est question d’une mise en abyme artistique et sociale tirée du livre-enquête publié en 2010 par Florence Aubenas.

Marianne Winckler (Juliette Binoche) se présente à un entretien, un CV très léger, prête à se lancer dans une activité d’aide ménagère. Mais derrière la façade d’une femme au chômage se cache une auteure qui désire raconter la vie de ces « invisibles » de la société. Une percée en forme de chronique sociale, où les âmes chagrinées se regroupent et s’entraident pour digérer le présent.

Emmanuel Carrère, après avoir pondu récemment un texte retraçant son combat face à la dépression dans un livre intitulé « Yoga », adapte le livre de Florence Aubenas : « Le Quai de Ouistreham ». Après une entame aux accents Ken Loach, Moi, Daniel Blake à l’esprit, le film prend des airs de trahison, délaissant le drame social pour embrasser un jeu de faux-semblants. La duperie de Marianne Winckler, solidement incarnée par Juliette Binoche et entourée d’une distribution non-professionnelle, ne tient qu’à un fil. Face à la menace de décevoir ses nouvelles amies, l’auteure tient son livre et préfère persister pour brosser le portrait d’une femme (Christèle) qu’elle érige comme son sujet principal. C’est une dangereuse navigation entre le réel et la fiction qui s’apprête à se retourner inévitablement contre Marianne.

Le mensonge pour écrire, c’est ça que Ouistreham ébauche dans ce récit-enquête poignant, précis dans son propos et sa mise en scène. Un récit fait d’humanité, surtout, de compréhension de ces femmes qui nettoient les toilettes, la saleté plein les gants. Tendre l’oreille, s’inventer une identité pour comprendre, pour être au plus près de la précarité, Marianne part d’un bon sentiment, mais s’expose à l’ire de ces travailleuses grugées pour les besoins d’un livre. Une enquête qui pointe aussi le mépris des recruteurs ou directeurs envers ces femmes, mais aussi ces hommes.

Dans une veine documentaire semblable au travail de Stéphane Brizé, cette œuvre militante et sèche permet au spectateur de prendre conscience de la terrible condition de ces agentes d’entretien : des horaires matinaux, un lieu de travail peu reluisant, une activité très physique et des chefs intraitables; nous ne sommes pas loin d’une ambiance militaire. Du réel sans artifices, sans effets de manche que Carrère applique, plaquant une vérité, celle du travail éreintant de ces « invisibles », comme Marianne Winckler - ou Florence Aubenas - dépeint.

12.01.2022

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 3 mois

“Les invisibles”

Du côté de Caen, Marianne, la cinquantaine marquée, cherche du travail. Inscrite au chômage, elle accepte de devenir agente d’entretien sur les ferries du port d’Ouistreham. Mais qui est cette solitaire et que cherche-t-elle ?

Ce personnage mystérieux aurait pu devenir l’héroïne d’un drame angoissant, voire d’un thriller. Le montage s’accélère et la tension monte lors de ces virées nocturnes sur les paquebots à quai qui n’attendent pas : 1 h 30 pour nettoyer 200 cabines. Changer les draps, refaire les lits, aspirer les moquettes, récurer les sanitaires, tâche réservée uniquement aux femmes. Les hommes ne seraient pas assez forts pour cette corvée. Aucune absence, aucun retard ne sera toléré. Une cadence infernale et des horaires déments, alors que dorment encore les transports publics. Sueur et douleurs pour un salaire horaire aujourd’hui de 10,57 euros.

Le secret de Marianne est malheureusement vite éventé par la bande annonce ou la genèse du film qui adapte l’enquête de la journaliste Florence Aubenas. Écrivaine en immersion, elle souhaite vivre la crise de l’intérieur et mettre en lumière les invisibles qui triment dans l’ombre. Des femmes surtout qui, malgré les humiliations et la précarité quotidiennes, trouvent encore la force de sourire, de s’entraider et de célébrer les moments joyeux qui leur restent.

Cette démarche dénonciatrice s’avère-t-elle honorable ou déontologiquement discutable ? N’est-ce pas ainsi exploiter la misère pour vendre du papier ? L’autrice incognito, ne prend-elle pas la place d’une autre dans un réel besoin ? Basées sur le mensonge, les relations amicales qui se construisent sauraient-elles résister ? Le fossé entre classes est-il franchissable quand le paiement de la fourrière ou de l’essence, une escapade à la mer ou la devanture d’une librairie sont des obstacles déjà trop grands ? Des questions qui se posent.

Ce contraste se répercute dans le procédé même du film qui plonge Juliette Binoche au milieu de professionnelles du ménage. Sans fard, la célèbre actrice observe et donne la réplique à de vraies natures. Un lien semble pouvoir exister. Malgré quelques faiblesses, des réactions parfois surjouées et une révélation quelque peu téléphonée, la mise en abyme d’Emmanuel Carrère captive et suscite le débat.

(7/10)Voir plus

Dernière modification il y a 3 mois


Autres critiques de films

Doctor Strange in the Multiverse of Madness

Les Animaux Fantastiques: Les Secrets de Dumbledore

Le secret de la cité perdue

Les Bad Guys