CH.FILM

Looking for Sunshine Suisse 2018 – 95min.

Looking for Sunshine

Critique du film

Slalom existentiel

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Passez un an dans l’univers de Lara Gut. Le départ du documentaire s’amorce après sa victoire retentissante au classement général de la Coupe du monde 2016. 2017 est l’année des Championnats du monde à St. Moritz, épreuves qu’elle n’a jamais gagnées. Une année charnière freinée brusquement en cours de saison par une vilaine blessure au genou. Un coup dur pour la Tessinoise. Mais cette blessure lui ouvrira d’autres horizons. Il n’y a pas que le sport dans la vie.

Été 2016, elle sautille dans les Grisons, sur les lieux des prochains Championnats du monde. Hors saison, on ne parle pas vacances. Des rendez-vous avec son manager aux séances de physio à répétition, jusqu’à la préparation estivale primordiale pour la prochaine saison, c’est un rythme effréné qui ne laisse plus grand chose pour les à-côtés d’une vie dite normale. Niccolò Castelli, en suivant Lara Gut, évoque cette vie incroyable et harassante, tiraillée entre l’ivresse de la victoire, la liberté que procure le ski et la difficulté d’enchaîner les courses aux quatre coins du globe. Les paysages défilent, les hôtels et les entraînements s’accumulent. Tout ça, Lara Gut l’encaisse sans broncher, épaulée par son père, Pauli, son entraîneur personnel, et sa famille.

L’intérêt du documentaire est avant tout basé sur l’histoire d’une championne, mais également sur celle de la jeune femme. Car oui, derrière la championne au franc-parler, il y a une jeune femme sensible, devenue la cible des médias. D’ailleurs les Championnats du monde de St. Moritz sont le point d’orgue pour Gut, et par conséquent elle est la star des médias internationaux. Cohue médiatique à gérer et… une blessure juste après la première épreuve. Le monde s’écroule et la membre des cadres Swiss Ski s’en va par la petite porte. Castelli profite de l’instant pour faire basculer son documentaire dans la « renaissance » de Gut.

La blessure à St. Moritz opère comme un déclic personnel, le seul détail intéressant. Mais très sincèrement, le cinéaste tessinois n’a pas la maîtrise d’un Fernand Melgar pour faire oublier sa caméra ou la pointer au moment critique et opportun. Suivre l’épanouissement de l’athlète dans un tout autre milieu, ce que Looking For Sunshine tente d’approcher, n’est pas traité ici de manière radicale, au contraire le thème est effleuré en surface.

Peut-être que le problème n’est autre que le sujet principal, une jeune skieuse encore un peu tendre pour lui consacrer un film. La personnalité vive et le talent de Lara ne sont pas des atouts valables pour tenir la route. L’intérêt du documentaire devait se porter sur l’évolution et se glisser dans l’intimité avec un face caméra pour cerner le caractère de Gut. Rien de tout ça n'apparaît, le documentaire n’amène rien de nouveau que l’on ne sache déjà de l’athlète maintes fois décrite dans les médias.

En bref !

Dans sa conception, Looking For Sunshine n’amène pas grand chose à ce que nous connaissons de Lara Gut. Un documentaire très lisse, très convenu, ne puisant pas dans les failles d’une athlète telle que Lara. On ne la découvre tout simplement pas. Si vous souhaitez vous intéresser à un film dans la même veine, Le Doute de Serge-Alain Simasotchi transmet une vision plus pointue du métier de skieur, dans toute sa complexité et sa douleur.

21.11.2018

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

Fast & Furious: Hobbs & Shaw

Toy Story 4