The Search France, Georgia 2014 – 149min.

Critique du film

The Search

Critique du film: Geoffrey Crété

Tchétchénie, 1999. Parmi des milliers d’autres, quatre destins sont retournés par les horreurs de la guerre. Après avoir vu ses parents assassinés, Hadji, 9 ans, s’enfuit sans savoir que sa grande sœur Raïssa, qui a survécu, le recherche parmi des civils en exode. Chargée de récolter les témoignages des victimes pour une commission des Droits de l’Homme, Carol rencontre le garçon, livré à lui même dans les ruines. Elle décide de l’abriter. De l’autre côté de la frontière, Kolia, 19 ans, est enrôlé dans l’armée, où il basculera de force dans la violence.

Dur retour de flamme pour Michel Hazanavicius et Bérénice Bejo. Encensé avec The Artist au Festival de Cannes 2011, qui les a portés jusqu’aux Oscars où il a remporté la statuette du meilleur réalisateur tandis qu’elle s’est contentée d’une nomination, le couple a reçu une douche froide trois ans plus tard avec The Search, ambitieux mélodrame sur fond de guerre, inspiré du film méconnu Les Anges marqués, Oscar du meilleur scénario en 1949. Hazanavicius remplace l’Allemagne par la Tchétchénie, le soldat par une employée d’ONG, mais malgré ses efforts et ses moyens, le film peine à susciter l’émotion suggérée. Débarrassé d’une vingtaine de minutes suite à l’accueil glacial de Cannes, The Search gagne en efficacité, offre quelques belles séquences, mais ne parvient pas à totalement redresser la barre. Demeure ainsi un vague sentiment de maladresse, principalement dans la partie mettant en scène l’héroïne et l’enfant, tandis que le film semble incapable de s’épanouir dans ses grandes ambitions romanesques.

31.05.2021

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

la_critique

il y a 6 ans

Le réalisateur de "The search" n'a pas réussi son coup d'obtenir une Palme de Cannes comme il avait réussi pour "The Artiist". Dommage, car ce film est magnifique, tout comme son actrice Berénice Bejo, et fort bien construit avec son parallélisme d'histoire de cet enfant orphelin et cette quête de la Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU de faire porter l'attention de la communauté internationale sur le drame de la Tchétchénie.

Le Monde déteste et l'on ne comprend pas très bien pourquoi, Le Temps lui adule. Nous aussi.
A voir, sans modération.Voir plus


Dorothy Brol

il y a 7 ans

"... le film peine à susciter l’émotion suggérée... "
Pas du tout d'accord. Ce film est excellent, l'émotion est omniprésente, les scènes intenable de réalisme, heureusement qu'on nous laisse par moments respirer aux côtés de Bérénice Béjo, un casting excellent


CineFiliK

il y a 7 ans

Film méritant qui prend le risque de mettre en avant un conflit presque oublié, la Seconde guerre russo-tchétchène. Si l'on ne doute aucunement de la sincérité de la démarche, celle-ci s'avère trop ambitieuse pour le papa de "The Artist". A force de vouloir trop en dire, trop en montrer, son propos perd en force et en émotion, laissant libre champ à un mélo bien naïf. 4/6Voir plus


Autres critiques de films

House of Gucci

Encanto - La Fantastique Famille Madrigal

S.O.S. Fantômes: L'Héritage

Mourir peut attendre