CH.FILM

Train de nuit pour Lisbonne Portugal, Suisse 2013 – 110min.

Train de nuit pour Lisbonne

Critique du film

Nachtzug nach Lissabon

Valérie Lobsiger
Critique du film: Valérie Lobsiger

Un homme lâche sa vie bien réglée pour remonter la trace d'un écrivain portugais.

Alors qu'il se rend à Berne dans le lycée où il enseigne les langues anciennes, Raimund Gregorius (bouleversant Jeremy Irons) voit une jeune femme prête à se jeter d'un pont. Il l'en empêche mais celle-ci disparaît bientôt, abandonnant un imperméable et dans la poche de celui-ci, un livre d'un certain Amadeu de Prado. Fasciné par le contenu du livre, Raimund plaque le lycée et saute dans un train pour Lisbonne afin de retrouver l'écrivain qui pose de si pertinentes questions sur le sens de la vie. Les rencontres des gens qui l'ont connu lui font découvrir un Amadeu (Jack Huston) non seulement médecin philanthrope, mais aussi intrépide résistant engagé contre la dictature de Salazar. Cette quête aidera-t-elle Gregorius à se rapprocher de lui-même ?

Magnifiquement mis en images par Bille Auguste d'après le roman du célèbre écrivain et philosophe Pascal Mercier, ce film touche le spectateur en l'impliquant très vite dans une enquête pleine de mystères et de suspense. A travers le dédale des rues de Lisbonne, ce sont nos propres rêves de partir à la recherche de nous-mêmes qui ressuscitent. Où l'on rend hommage au pouvoir du livre qui sert de détonateur au changement pour peu qu'on soit réceptif.

23.08.2015

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

3alex1

il y a 5 ans

Pas mal du tout, on reste sur sa faim tout de même.


la_critique

il y a 5 ans

Bon film un peu romantico-invraisemblable, mais sympa sur son côté nostalgique... En pré-fête des 40 ans de la Révolution aux Oeillets, il introduit bien le contexte de cette époque


salute

il y a 5 ans

Je me suis ennuyée sec devant ce film cousu de fil blanc: lourd et pompeux sur le traitement de questions métaphysiques, bancal et mièvre lorsqu'il s'agit de sentiments. Les acteurs manquent de relief...malgré un beau casting. Détail qui a parachevé de me rendre ce film insupportable: TOUT le monde parle Anglais en toutes situations (à l'école en Suisse, dans la rue au Portugal). Bref me concernant j'aurais du m'abstenir.Voir plus


Autres critiques de films

After Passion

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu?

Dumbo

La Malédiction de la Dame blanche