Maria Belgique, France 2024 – 100min.

Critique du film

La parole enfin retrouvée de Maria Schneider

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Le scandale avait fait les choux gras de la presse, son nom à jamais associé au film «Le Dernier Tango à Paris». La postérité se souviendra d’une scène, des frasques et de la censure, laissant Maria Schneider en pâture. Aujourd’hui, la cinéaste Jessica Palud lui rend hommage dans un portrait, tragique, mais serti d’empathie.

Dans les années 70, Maria Schneider (Anamaria Vartolomei), fille non reconnue de la vedette Daniel Gélin (Yvan Attal), vit dans un foyer hostile avec sa mère. Alors que son père refait surface, elle côtoie le Paris mondain, et nourrit bientôt des envies de cinéma. Un jour, le réalisateur Bernardo Bertolucci (Giuseppe Maggio) lui propose de partager l’affiche avec Marlon Brando (Matt Dillon) pour un film qui va défrayer la chronique. Violée devant la caméra du cinéaste italien, Maria Schneider devient paria, châtiée pour une scène qu'elle répugne, qui n’était pas dans le script initial et pour laquelle elle n’a jamais donné son consentement. Alors n’ayant (presque) rien ni personne pour l’épauler, Maria sombre inlassablement.

Elle s’est éteinte en 2011, à 59 ans. Son histoire, c’est l’autrice Vanessa Schneider, sa cousine et ancienne journaliste à Libération, qui la déploie dans un ouvrage intitulé «Tu t'appelais Maria Schneider» (publié chez Grasset en 2018). Toute sa vie durant, elle n'a eu de cesse de s’exprimer au micro des journalistes sur l’agression sexuelle vécue sur le plateau du «Dernier Tango à Paris». «Je n’ai pas eu le choix» confie-t-elle un jour, victime impuissante de ce huis clos malicieusement orchestré par Brando (Matt Dillon à l’écran) et Bertoluci, pour aller capter, disait-il, une émotion sincère. La jeune femme de 19 ans ne s'en relèvera jamais, cantonnée à son rôle de «traînée», brisée, sacrifiée sur l’autel du septième art. Mais à quoi bon, l’époque n’en avait que faire.

À la lumière de ce drame, et campée par une Anamaria Vartolomei d’un aplomb formidable, Jessica Palud redonne un visage et la parole à celle qui s’est envolée sans jamais avoir été entendue. Sobrement intitulé «Maria», le long métrage illustre l’enfer de ce tournage, l’addiction et les traumas qui s'ensuivent jusqu’à la rencontre rédemptrice avec cette étudiante qui écrit un mémoire sur la place des femmes dans le cinéma. «Le Dernier Tango à Paris» aura été «le linceul de ses rêves», comme l’écrit si joliment Vanessa Schneider dans son ouvrage. La voilà aujourd’hui réhabilitée dans une œuvre tragique, mais à la portée bouleversante.

19.06.2024

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 14 jours

Adapté du livre écrit par Vanessa Schneider se biopic raconte une petite partie de la vie de cette actrice dont son premier film a totalement bouleversé sa vie, sa carrière et le monde du cinéma. D'ailleurs c'est assez incroyable de constater ce qui était "permis" hier sur un tournage par des hommes comme Bertolucci et Brando complice de ce dernier. Et il faut rappeler que Maria Schneider a été une des premières actrices à dénoncer ce qui s'est passé sur le tournage. Mais à l'époque personne ne l'a écoutée. Résultat, une femme totalement brisée qui une fois guérie de la drogue, partira dans la maladie qui d'ailleurs l'emportera en février 2011, Très bien interprété par Annamaria Vartolomei et Matt Dillon qui soit dit en passant est absolument bluffant dans le rôle de Marlon Brando. (G-06.07.24)Voir plus

Dernière modification il y a 14 jours


Autres critiques de films

Moi, Moche et Méchant 4

Vice-Versa 2

Twisters

To the Moon