Dalva 2023 – 83min.

Critique du film

Le monde à l’envers

Critique du film: Kilian Junker

Pour son premier long-métrage, Emmanuelle Nicot développe le thème de son court multiprimé «A l’arraché» : l’enfance meurtrie. En effet, durant cette apnée de quatre-vingts minutes, la réalisatrice nous narre la reconstruction de Dalva, petite fille victime d’inceste.

Dalva, 12 ans, est arrachée au domicile paternel et installée dans un foyer. Pleurs, cris et incompréhension pour cette gamine encore sous l’emprise de son père incestueux, soudainement projetée dans le monde cruel des enfants. C’est pourtant au sein de cette maison d’accueil et avec l’aide d’une équipe d’éducateurs bienveillants qu’elle devra se reconstruire.

Son court «A l’arraché» a amené Emmanuelle Nicot à se mettre en immersion dans un centre d’accueil pour adolescents. C’est là qu’elle a pu constater le nombre de jeunes défendant leurs parents malgré les violences dont ils avaient été les victimes. Ce thème de l’emprise sur l’enfant abusé est central à «Dalva», traité par l’intermédiaire d’une mise en scène relativement libre. La caméra à l’épaule permet en effet à la réalisatrice de capter les mouvements, les respirations, d’offrir au spectateur la proximité du plan serré, mais aussi une pudeur qui traverse tout le long-métrage.

Mais outre l’image, la plus grande réussite du film réside dans son casting sauvage mené afin de trouver l’interprète de Dalva. C’est ainsi que la toute jeune Zelda Samson, fabuleuse dans son rôle, est repérée. Le schisme entre le corps encore empâté des traits de l’enfance et les manières, la diction et les apparats de femme induit la construction d’un personnage complexe et troublant. Il en ressort une imprévisibilité stressante et malaisante. Car si «Dalva» est un premier film puissant sur la reconstruction et le chemin vers la lumière, ce n’en est pas moins une véritable apnée dans les tréfonds les plus sombres de la psyché humaine et de la perversion des valeurs morales.

(Festival du film français d’Helvétie 2022)

21.09.2022

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Avatar

Don't Worry Darling

Les Minions 2: Il était une fois Gru

Smile