The Banshees of Inisherin Irlande, Royaume-Uni, Etats-Unis 2022 – 109min.

Critique du film

Le silence est d’or

Critique du film: Damien Brodard

Cinq ans après avoir remporté le prix du meilleur scénario à la Mostra de Venise, l’Irlandais Martin McDonagh revient sur le Lido avec une comédie noire tournée sur sa terre natale.

Un petit vent de fraîcheur a soufflé sur la compétition de la Mostra. En effet, au milieu de nombreux sujets pesants débarque soudain une comédie tout à fait étonnante. En reformant son duo de Bons baisers de Bruges (2008) composé des deux pointures Colin Farrell et Brendan Gleeson, McDonagh livre un genre de buddy movie très amusant et pourtant assez mélancolique et sombre.

Sous son apparence de film cherchant par moment à titiller l’absurde, «The Banshees of Inisherin» cache en réalité une réflexion plus profonde sur l’héritage, le passage du temps et bien évidemment la mort. Le jeu du chat et de la souris entre ces deux personnages pour lesquels la discussion est une impasse reste cependant plutôt cryptique, on peine parfois à comprendre où le réalisateur veut nous mener. Néanmoins, ce n’est finalement pas ce qui importe le plus ici, disons plutôt que le long-métrage dispose d’autres atouts.

En dehors du sous-texte, l’écriture des dialogues est absolument hilarante. Les traits d’humour déferlent avec une formidable habileté et font mouche la plupart du temps. Que seraient de bonnes répliques sans leurs interprètes ? Toute la distribution, irlandaise cela va de soi, se montre impeccable, mais Colin Farrell surnage dans son rôle de grand benêt plein de bonne volonté et incapable de se taire

Habitué à jouer les grands méchants pour Hollywood ces dernières années, il rappelle ici son fabuleux potentiel comique. Quant à la réalisation qui nous gratifie de quelques paysages stupéfiants tournés en lumière naturelle, elle rend parfaitement compte de la tension croissante et offre des plans magnifiquement composés, sans toutefois réinventer la roue. Retour en Irlande réussi pour McDonagh qui livre une comédie singulière et soignée.

(79e Mostra de Venise)

09.09.2022

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Avatar

Don't Worry Darling

Les Minions 2: Il était une fois Gru

Là où chantent les écrevisses