Neneh Superstar France 2020 – 95min.

Critique du film

Une ballerine qui sort du lot

Critique du film: Marine Guillain

Passionné de hip-hop et de ballet, le réalisateur Ramzi Ben Sliman plonge dans l’univers intransigeant d’une école de danse classique en suivant une jeune fille qui n’a pas le profil attendu.

Petite fille noire de 12 ans au tempérament de feu, Neneh (Oumy Bruni Garrel) est passionnée de danse et fait tout son possible pour être admise à l'école de ballet de l'Opéra de Paris. Alors que la majorité des professeurs admirent son style, la directrice Marianne Bellage (Maïwenn) ne la trouve pas convaincante: Neneh est trop noire et trop «banlieusarde» pour se fondre dans le moule. La jeune fille va devoir redoubler d’efforts pour se faire accepter dans un milieu ultra-normé.

Les films ayant pour thème la danse sont nombreux. Surtout lorsqu’il s’agit d’une success story, dans laquelle un personnage se bat pour atteindre son but et être le meilleur. Il faut donc une approche unique et un quelque chose de «plus» pour sortir du lot. Comme l’ont fait les géniaux «Girl», du Belge Lukas Dhont, «Et puis nous danserons», du Suédois Levan Akin, et même «Mignonnes», de la Franco-sénégalaise Maïmouna Doucouré. En revanche, c'est raté pour Ramzi Ben Sliman et son «Neneh Superstar», qui aligne les clichés tout au long d’une trame cousue de fil blanc, sans surprise ni originalité.

Évidemment, Neneh subit l’acharnement de la directrice (ex-danseuse étoile, qui se comporte ainsi à cause de ses fêlures personnelles), bien sûr, elle se fait méchamment embêter par ses camarades jalouses, et forcément, c'est elle qui paye. Tomber, se relever, tomber encore, se relever à nouveau, de la rigueur, de la persévérance… «Neneh Superstar» tombe dans le pathos aux airs de déjà-vu avant de s’achever sur un épilogue express et convenu.

La mise en scène ne parvient pas à se démarquer, au point que les scènes de danse nous font à peine vibrer. La prestation d’Oumy Bruni Garrel (fille de Valeria Bruni-Tedeschi et de Louis Garrel déjà vue à l’écran dans «Les estivants» et «La Croisade»), quant à elle, laisse présager une jolie carrière pour la graine de star de 15 ans. Pour finir, si le thème du racisme dans un milieu tel que celui de la danse classique était à aborder, il méritait un meilleur traitement avec davantage de profondeur, loin de tous ces bons sentiments et de ces clichés.

18.01.2023

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Avatar: La Voie de L'Eau

Le Pire Voisin Au Monde

Le Chat potté 2: La dernière quête

Astérix & Obélix : L'Empire du Milieu