Enzo Le Croco Etats-Unis 2022 – 106min.

Critique du film

Pas de quoi verser des larmes de crocodile

Gaby Tscharner
Critique du film: Gaby Tscharner

Shawn Mendes prête sa voix d'or à un crocodile en images de synthèse, qui chante et qui prend des bains, dans cette comédie musicale en demi-teinte, mais néanmoins amusante par les créateurs de comédies adultes comme Les Rois du patin ou Joyeux Bordel !.

Les Primm sont une famille recomposée. Il y a le père Joseph (Scoot McNairy), professeur de mathématiques, sa femme Katie (Constance Wu de «Crazy Rich»), qui écrit un livre de cuisine, et leur fils Josh (Winslow Fegley), qui doit s'adapter à une nouvelle école, car la famille vient de déménager. Dans le grenier de leur nouvelle maison, Josh tombe sur Enzo (Shawn Mendes en version originale), un crocodile vert avec une voix d’ange. Mais lorsque le diabolique magicien Hector Valenti (Javier Bardem, lauréat d'un Oscar), véritable propriétaire d’Enzo, refait surface, la vie du crocodile et de sa nouvelle famille est bien chamboulée.

Il était prévisible que le succès des charmants films Paddington entraînerait une série d'imitations et Enzo Le Croco prend incontestablement la relève du mignon petit ourson. Paddington était coiffé d’un chapeau rouge, Enzo d’une écharpe rouge. Paddington est timide, Enzo a le trac, raison pour laquelle le peu scrupuleux Valenti ne peut réellement tirer profit de son don pour la chanson. Et si le crocodile n’a pas l’attrait d’une peluche, il ne manquera pas d’atouts pour charmer les enfants. D’ailleurs, la maladresse sociale de ce reptile qui ne communique qu’en chantant est intéressante et permettra certainement à jeune public de s'y identifier facilement.

Les grands moments d'émotion du film sont assurés par les partitions du duo de compositeurs Benj Pasek et Justin Paul, qui signaient déjà les musiques de The Greatest Showman et Dear Evan Hansen. Une bande-son certes accrocheuse, sans aller chatouiller le hit-parade. Mais à l'image de la carapace d'écailles du crocodile, les arcs narratifs et le ton du film profitent d’une alternance entre surprise et ironie, plus rugueuse que ce qu’un simple film pour enfants laisserait présager.

(Traduit de l’allemand)

24.11.2022

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Black Panther: Wakanda Forever

Violent Night

Avalonia, l'étrange voyage

Le Menu