Le Petit Nicolas - Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? Canada, France, Luxembourg 2022 – 82min.

Critique du film

Une délicieuse nostalgie

Critique du film: Maxime Maynard

Réalisé par ​​Amandine Fredon et Benjamin Massoubre, Le Petit Nicolas : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? est une œuvre enchanteresse, prix Cristal du long-métrage au Festival du film d’animation d’Annecy et présentée à la 18e édition du Zurich Film Festival.

À Paris, dans les années 50, Jean-Jacques Sempé, dessinateur, se laisse convaincre par son ami René Goscinny de développer l'un de ses dessins : celui d'un bien rigolo jeune garçon qu'ils nomment Nicolas. Énorme succès, il est le héros d’une multitude d’histoires, une légende de la littérature francophone.

Quel plaisir de retrouver le petit Nicolas dans ce format animé qui lui va comme un gant, pour une mise en mouvement fluide des histoires de notre enfance. Les dessins, répliques exactes des illustrations passées, se meuvent délicieusement à l'écran dans un tourbillon bigarré. Mais, au-delà d’une simple adaptation cinématographique des classiques de Sempé et Goscinny, le long-métrage prend des airs de biographie. Car, partie intégrante de l’existence de ses créateurs, Nicolas prend vie dans leur quotidien, les questionne et les pousse à dévoiler les fragments de leurs vies d’antan, dans une ingénieuse mise en scène méta, frontière brouillée de deux mondes.

Ainsi, à travers une vision colorée du Paris des années 50, nous observons avec intérêt le processus créatif des auteurs. Les croquis vont et viennent, s’effacent, se transforment ; les couleurs apparaissent et marquent de taches bariolées les pages blanches. Une énergie visuelle agréablement accompagnée d’entrainantes musiques jazz et de musettes. Enfin, Alain Chabat et Laurent Lafitte rythment de leurs voix chaleureuses ce portrait doux et sincère, représentation d’une enfance joyeuse et chaotique, débordante d’affection.

Vecteur d’une certaine nostalgie, Le petit Nicolas : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? est un concentré de bonne humeur. Un superbe long-métrage d’animation qui charmera petits et grands.

(Zurich Film Festival 2022)

06.10.2022

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 2 mois

“Les 400 coups”

Jean-Jacques se presse d’aller retrouver son ami René à la terrasse d’un café. Dans son cartable, le dessin d’un petit garçon enjoué. Le Petit Nicolas va bientôt naître.

La collaboration sera fructueuse entre Sempé qui maniera la plume noire et Goscinny qui tapera les textes avec deux doigts. Les aventures immuables de ce gentil garnement défilent : Nicolas à la maison, Nicolas et sa mémé, Nicolas en classe, Nicolas rencontre une fille, Nicolas fait l’école buissonnière, Nicolas en colonie de vacances. Des histoires plus tendres que drôles dont émane un arôme de nostalgie. Mais le film va plus loin en permettant au garçonnet au pull rouge de découvrir ses « papas » à la télévision et de dialoguer avec eux, le temps de la création. Graphiquement, la ligne simple et claire de Sempé est respectée, colorée par une aquarelle discrète. Les transitions entre les deux niveaux de lecture sont fluides et joliment amenées. Ainsi, sont également évoquées les enfances douloureuses des deux auteurs. La misère brutale pour l’un et la Shoah pour l’autre. Voir flotter un drapeau nazi entre deux séquences légères a de quoi décontenancer et échapper aux plus jeunes. Par leur art, Sempé et Goscinny ont fait acte de résilience, en donnant vie à celui qu’ils auraient aimé être. Aujourd’hui, réunis dans l’au-delà, les amis de toujours ont une aura d’éternité grâce notamment à leur petit héros.

(7/10)Voir plus

Dernière modification il y a 2 mois


Eric2017

il y a 3 mois

Ce film d'animation est intéressant dans la mesure où le petit Nicolas converse avec ses créateurs. Les dessins sont joliment réalisés et l'amitié des deux hommes est vraiment bien ressenties. Le Paris des années 60, le bistrot d'où part l'idée, l'orchestre et la musique de Ray Ventura, cette ambiance m'a fait rêvé d'un passé pas si lointain. Petit bémol, est-ce que les enfants auront envie de lire cette BD après avoir vu le film ! (F-23.10.22)Voir plus


Autres critiques de films

Avatar: La Voie de L'Eau

Babylon

Shotgun Wedding

Le Chat potté 2: La dernière quête