Supernova Royaume-Uni 2020 – 95min.

Critique du film

Une tendresse astronomique

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Il est ce moment singulier de la mort incandescente d’une étoile. À l’orée du firmament, Harry Macqueen signe Supernova, un long-métrage d’une tendresse déroutante alors que Stanley Tucci et Colin Firth embarquent dans un voyage contre le temps et la maladie.

Sam et Tusker sont partenaires de vie depuis vingt ans, et il y a deux ans, le diagnostic des médecins fut sans appel: c’est une démence précoce qui s’annonce pour Tusker. La suite sera une longue et périlleuse descente dans les méandres de celui qui doucement perdra la tête. Il y a maintenant une échéance à leur aventure, alors ils ont quittés leurs emplois respectifs pour sillonner les routes d’Angleterre. Dès lors plus rien n’importe sinon le temps passé ensemble, mais leur histoire sera mise à rude à preuve alors que l’amour éponge les vents de la maladie.

Acteur sur les planches, au cinéma, scénariste et auteur du très remarqué de Hinterland en 2014, le britannique Harry Macqueen est une sorte d’hyper actif de la manufacture des arts visuels. En compétition pour la prestigieuse Coquille d’or du Festival de Saint-Sébastien en 2020, Supernova est une tendre épopée contre le temps et les souvenirs qui se font la malle. Sillonner l’Angleterre pour un dernier tour de piste avant le dépôt de bilan; à bord d’un van, Stanley Tucci et Colin Firth deviennent ces deux compagnons de routes. La complicité des acteurs et l’histoire personnelle de Stanley Tucci se mêlent au drame singulier de leurs personnages.

Un van comme le dernier ermitage avant la fin du monde, du moins celui qui fut le leur pendant 20 ans. Balayant l’immensité vertigineuse de la région de Lake District au Nord-Ouest de l'Angleterre, la cinématographie de Dick Pope (Mr. Turner) murmure l’insondable, l’inavouable. Alors ils contemplent le ciel, les constellations, parlent d’astronomie et rendent visite à quelques connaissances. La route apaise et pourtant l’urgence est réelle, d’ailleurs les premiers mots d’adieu sont écrits. Une tendresse astronomique et un splendide duo, Supernova redessine aussi l’espace du couple et les contours des amitiés qui s’aiment de cet amour imprononçable. Harry Macqueen signe un long-métrage d’une élégance rare.

07.09.2021

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 28 jours

“Comment te dire adieu”

Atteint d’une démence précoce et dégénérative, Tusker part sur les routes avec Sam, son amour de toujours. L’occasion de rendre visite à la famille et aux amis une dernière fois.

Il y a peu Helen Mirren et son mari malade, fuyant en camping-car un avenir grevé, l’avaient échappé belle. Le père Hopkins affrontait avec désespoir la sénilité sous le regard humide de sa fille. Quant à Barbara Sukowa, elle faisait tout pour se sortir à deux des griffes d’un accident vasculaire. Lorsque l’autre ne va plus, la détresse étreint celui ou celle qui restera. Dans la boîte noire de Pandore, il y a la peur de se voir partir, de ne pouvoir mourir dignement, et l’impuissance du proche-aidant.

De beaux paysages anglais, mais quelques étoiles et violons de trop pour un sujet poignant. La délicatesse vient avant tout de son couple d’acteurs, Colin Firth et Stanley Tucci. Leurs chamailles amusent, quand leurs gestes affectueux rassérènent. Une complicité naturelle. Qu’elle étreigne deux personnages masculins ne change rien. La douleur est la même pour tous au moment des adieux.

(6.5/10)Voir plus

Dernière modification il y a 28 jours


Autres critiques de films

Mourir peut attendre

Venom: Let There Be Carnage

Dune

Halloween Kills