CH.FILM

Travail au noir Suisse 2022 – 109min.

Critique du film

Zones sombres du monde de l’emploi

Critique du film: Colin Schwab

Travail au Noir, le dernier documentaire du réalisateur suisse Ulrich Grossenbacher, nous propose une visite des instances de réglementation et de répréhension du travail illégal. Le propos est fort, sa forme accessible, bien qu’elle mène, parfois, à donner un aspect « irréel » à son contenu.

Le long-métrage suit plusieurs inspecteur·ices du travail, œuvrant dans le canton de Berne. Nous les suivons alors au gré de leurs tâches journalières : entre restaurants, supérettes, mais également chantiers, nos protagonistes épient chaque lieu avec minutie, à la recherche de travailleur·euses employé·es illégalement. Outre le travail sur le terrain, le long-métrage suit également Corrado Pardini – membre du parti socialiste suisse et syndicaliste – nous donnant alors l’occasion de s’intéresser à la manière dont ces problématiques sont traitées dans les sphères politiques.

Quels individus composent l’ensemble relativement flou et abstrait des travailleur·euses au noir ? La réponse que donne le film de Grossenbacher à l’aide de nombreux exemples est claire : dans l’écrasante majorité des cas, ce sont des immigré·es sans-papiers. Ainsi, la quasi-totalité des individus travaillant au noir ne le font pas par plaisir ou pour s’enrichir plus qu’ils ne le pourraient en travaillant légalement, mais par nécessité, pour survivre.

Car, en Suisse comme dans de nombreux autres pays, avoir un emploi légal signifie avoir un permis de travail. Cependant, avoir une telle autorisation est synonyme de démarches administratives pouvant prendre plusieurs années, sans certitude d’y avoir accès à la fin. Alors, pour les immigré·es en situation précaire, ne pouvant de toute évidence pas se permettre d’attendre sagement l’obtention de leur permis, le travail est au noir est bien souvent la seule solution.

Ce fait, les inspecteur·ices en sont parfaitement conscient·e·s. On les verra d’ailleurs régulièrement en discuter, et ce notamment lors des multiples scènes de voyages en voiture qui rythment le film. Certain·e·s ressentiront alors une forte empathie envers ces individus – les menant à fermer les yeux face à certaines situations illégales – d’autres chercheront plutôt à accumuler les « prises ».

Les séquences s’intéressant à Pardini montreront un élu qui, au lieu de s’acharner à réprimander les symptômes d’un problème, tentera de l’éradiquer à sa source en changeant le système législatif, en condamnant les employeur·euses bien plus que les employé·es. Le politicien sera confronté maintes fois au cours de son périple au cliché du « les immigrés nous volent notre travail ». Mais Travail au Noir le montre avec brio : ce travail injustement « volé » par les sans-papiers – synonyme de soixante heures de dur labeur hebdomadaire pour mille francs par mois – ne serait accepté par aucun·e suisse·sse.

Pour donner forme à son propos captivant, Grossenbacher choisira de passer par une esthétique bien particulière. En faisant usage du Cinémascope – format d’image typique des films à grand spectacle hollywoodiens – de plusieurs figures narratives des films mainstream et en mettant en scène certaines situations – quelques scènes sont visiblement « rejouées » – il s’empare des codes d’un cinéma grand public, industriel, pour rendre son propos efficace et accessible. Si cette forme ne dérange pas, c’est car le long-métrage sait contourner les écueils dans lesquels une telle esthétique peut nous mener : misérabilisme, culte du héros, dramatisation à outrance ou encore manichéisme sont alors systématiquement et bien heureusement évités.

Mais si cette esthétique reste ici bien gérée, il semble tout de même crucial de discuter l’un des effets indésirables qu’elle imprime sur ce film. Car, au sein de l’industrie cinématographique, ces codes de monstration sont généralement utilisés pour mettre en scène des œuvres de fiction, n’ayant bien souvent pas grand-chose à faire avec le « réel ». Leur seule présence peut agir comme un signal, nous avertissant que le contenu proposé sera de l’ordre du fantastique, de l’extraordinaire, de ce qui n’existe pas sur notre terre, mais uniquement sur celle de la fiction.

De ce point de vue, la forme de Travail au Noir agit parfois contre son propos, car elle donne à certaines séquences le goût de l’irréel, du fictif. Le problème dénoncé – si bien délimité par l’œuvre – semble alors ne plus appartenir à notre univers, mais bien à celui de la fiction. Or, le travail au noir et les multiples injustices qu’il provoque sont bien là, profondément ancrés dans nos sols.

10.05.2022

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Top Gun: Maverick

Doctor Strange in the Multiverse of Madness

Les Animaux Fantastiques: Les Secrets de Dumbledore

Le secret de la cité perdue