Old Etats-Unis 2021 – 108min.

Critique du film

Le paradis comme fontaine de vieillesse

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

M. Night Shyamalan adapte la bande dessinée du genevois Frederik Peeters, et du français Pierre-Oscar Lévy. Nommée «Château de sable», une oeuvre rebaptisée Old pour le cinéma, un thriller sous les tropiques et sans crème solaire, où le mal sourd vous agrippe de manière inattendue.

Un hôtel majestueux, des plages paradisiaques; des vacances parfaites pour débrancher le cerveau. Une famille décide de partir pour la journée sur un atoll isolé, où les 4 membres découvrent des choses étranges: ils vieillissent à vue d’œil. Le temps s’accélère et leur existence ne se résume qu’à une simple journée.

La fête des pères aura été une bonne moisson pour M. Night Shyamalan: ce sont bien ses filles qui lui ont fait découvrir l’ouvrage illustré par Frederik Peeters et écrit par Pierre-Oscar Lévy. Une réalisation loin de sa ville natale de Philadelphie, avec la République dominicaine pour nouveau lieu de tournage. Les détails passés, place au résultat final. Old avance avec cette intention de nous balader dans une grande interrogation, 1h48 durant, nous balayant les différents personnages qui vont se retrouver prisonniers de cet atoll de misère. Le sable blanc se transforme en terre de chaos, surtout quand une heure vous vieillit de 2 ans - ici on ne parle pas d’une trop grande exposition au soleil.

Des enfants qui grandissent à une vitesse effrénée et des adultes qui vieillissent de manière affolante. Et les rides, on n’en parle pas. M. Night Shyamalan nous encercle ces pauvres vacanciers, pour évoluer dans un registre qu'il affectionne: la mise sous tension sourde et inattendue. À son avantage récemment, son excellente série Servant, peut-être l’un de ses meilleurs travaux à ce jour, le natif de Philly aborde son film de manière à nous greffer au groupe piégé - nous-même une caméra subjective sur le front. Immersif, dans la panade des coquillages et crustacés, les plans se resserrent pour intensifier cette sensation hallucinée et instantanée. Et les questions pleuvent: pourquoi ces personnes sont regroupées face à ce lagon? Quel est l’élément commun entre chacun et chacune? Le petit jeu de passe-passe (temporel) fait place à un flottement entre les différents protagonistes.

Derrière la méticulosité de la mise en scène, la direction d’acteurs s’en retrouve parfois limitée. Manquant parfois d’incarnation ou tout simplement d’alchimie entre Vicky Krieps et Gael Garcia Bernal, Old perd en épaisseur et en intensité. Cherchant à mettre sous tension son auditoire, le sens du cadre de Shyamalan gomme certaines carences, mais n’a pas la joie d’avoir un casting au rendez-vous.

À force d’avancer dans le brouillard, l’eau effaçant les traces du passé, le film trouve un écho intéressant aux séquelles d’antan. Le temps multiplié, les carcasses frappées par les effets du temps, Old parvient à trouver un nouveau souffle dans sa seconde partie. La recherche de la vérité à propos de cette « anormalité naturelle » nous pond une idée originale et déborde ainsi sur un jeu de massacre. Des vies s’évaporent comme l’écume, les corps vieillissent et l’esprit avec. Le film use d’un huis-clos aux combinaisons multiples, versant dans la parano, dans la méfiance et la hantise du vieillissement. Avant d’être une simple question sur le temps, les différents personnages sont face à un dilemme de taille: comment réagir dans une cage temporelle? Seuls les actes comptent et le malaise prend en épaisseur.

Old fait preuve d’habileté, mais il manque de chair. M. Night Shyamalan, en s’appropriant cette bande dessinée, procède par vagues jouissives, mais également poussives. Un film inégal, du «whodunit» au thriller en passant par le film d’horreur, une contraction des genres qui laisse une pointe de déception au moment du générique.

21.07.2021

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

il y a 6 jours

3.5: Koh-lanplage
Guy et Prisca, accompagnés de leurs enfants Maddox et Trend, comptent passer un séjour relaxant au paradisiaque club de vacances. La direction leur propose une excursion sur un atoll dont l’accès est privé. Un atoll où le temps passe bien plus vite et leurs compagnons vont s’en rendre compte.
Le voici donc ce nouvel opus de Shyamalan, s’attaquant à un célèbre roman graphique m’étant inconnu. Les premières critiques n’étaient pas tendres. Quasi à tort.
Ce sentiment de rejet est compréhensible sur la première demi-heure sur l’atoll où les invraisemblances ne semblent plus se compter et l’on se demande bien si ce style série B mal interprété, avec des effets visuels inégaux et un « intrus » aberrant va perdurer, sans compter une étrangeté sur un moyen de fuite naturelle non exploité. Ces situations accumulées rappelant un jeu TV peuvent effectivement expliquer cette désertion mais la curiosité l’a emporté et heureusement.

Il faut attendre effectivement le dernier quart-d’heure pour comprendre le pourquoi de cette situation. Et je préviens les personnes craintives d’un certain traitement qu’elles vont probablement être révoltées et/ou retournées par la vision sombre très contemporaine que constitue le film, d’actualité depuis plus d’une année.
Se laisse donc voir...Voir plus

Dernière modification il y a 6 jours


Autres critiques de films

The Suicide Squad

Fast & Furious 9

Jungle Cruise

Un homme en colère (Wrath of Man)