Flag Day France, Royaume-Uni, Etats-Unis 2021 – 107min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

0

0

1

1

0

2.5

2 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 mois

Le retour de Sean Penn ! Certes ce n'est pas son meilleur film mais c'est un film très émouvant et touchant. Quel père ne va pas se retrouver ne serait-ce qu'un brin dans la relation pas toujours simple avec son enfant ! J'ai eu du plaisir à découvrir sa fille Dylan Penn. Un beau et bon film. (G-05.10.21)Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


CineFiliK

il y a 1 mois

“En berne”

Jennifer est convoquée par la police à cause de son père John Vogel. En liberté conditionnelle, ce malfaiteur ne s’est pas présenté comme convenu. L’occasion pour cette jeune femme de se remémorer son histoire chaotique avec lui.

Les images du passé s’enchaînent, égrenant les années d’une vie qui cumulent les déceptions. Si les vieilles bobines Super8 font illusion en laissant s’échapper les rêves d’une fillette admirative d’un prince, le reste cède vite au mélo familial pesant. Un papa escroc, lâche et menteur compulsif, une mère dépressive noyée dans les vapeurs d’alcool, puis un beau-père bien trop proche, entraînant drogue, fugue et rue.

Devant et derrière la caméra, Sean Penn adapte le récit autobiographique d’une autre, endosse le mauvais rôle, tout en choisissant de diriger ses propres enfants, sa fille Dylan principalement. Un film miroir qui promettait un face à face intrigant, oscillant entre réel et fiction. L’homme avait-il quelque chose à se faire pardonner ? Pourtant, aucun ne semble à l’aise dans ce duo-duel, marqué par une gestuelle trop souvent outrée, manquant de naturel. Même constat pour la réalisation. A force de multiplier les effets de caméra, les coiffures improbables, tout en surlignant le récit au moyen de ballades folk, son cinéma tombe dans un maniérisme pompier. En point d’orgue, cet adieu sanguinolent par écran interposé plus proche du ridicule que du bouleversant. Le drapeau de l’Américain est en berne.

(5/10)Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Watchlist