CH.FILM

Bad Luck Banging or Loony Porn Croatie, République Tchèque, Luxembourg, Roumanie, Suisse 2021 – 106min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

3

1

1

0

3

3.1

8 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 30 jours

“Le triangle des Bermudes”

Emi et son mari s’immortalisent au lit en train de prendre du plaisir. Mais quand la vidéo se retrouve sur le Net, c’est la réputation de l’enseignante qui est en jeu.

Début en fanfare pour ce film qui se découvre au gré de plusieurs chapitres égayés par Boby Lapointe. Scène de sexe non simulée dit-on mais totalement consentie par les deux personnages et les acteurs professionnels qui les interprètent. De l’audace interdite aux moins de dix-huit ans et aux esprits puritains.

Puis Emi marche seule dans les rues de Bucarest qui peinent à se donner. Trafic incessant, chaleur estivale, bruits sourds. Pendant que l’héroïne déterminée avance sans errance, la caméra presque cachée s’arrête sur la ville : ses chantiers, ses ruines, ses tags, ses affiches électorales, ses panneaux publicitaires… Une cliente qui n’a pas choisi d’être pauvre est invectivée à la caisse. Sans gêne aucune, on gare son « monster truck » sur le passage piétons. En pleine pandémie, la crispation est tendance.

Nouvelle étape égrenant de A à Z des mots ou expressions du dictionnaire sur des archives hétéroclites : aborigène, blagues sur les blondes, Ceausescu, cinéma, église, fellation, goût, histoire, zen… Introduction plus amère qu’amusante à la langue roumaine.

Le grand final est un procès aux allures staliniennes. Distance sociale, gel hydroalcoolique et masque sur le nez, les parents d’élèves engoncés dans leur uniforme professionnel déversent leur fiel d’une hypocrisie crasse sur l’accusée qui devra se transformer en Wonder Woman pour espérer s’en sortir.

Ours d’or cette année à Berlin, cet objet filmique pas vraiment identifié se distingue par une radicalité qui ne pourra pas plaire à tout le monde. Farce satirique ou dénonciation éhontée, son discours reste relativement limpide interrogeant l’obscénité et la moralité de nos sociétés bien-pensantes qui jugent que la jouissance affirmée d’une femme est plus condamnable que la banalité de l’irrespect au quotidien. Dans ce brouhaha souvent éreintant, le message aurait été entendu avec plus d’efficacité s’il avait été asséné avec moins de lourdeur et davantage de subtilité.

(6/10)Voir plus

Dernière modification il y a 30 jours


Watchlist