The 355 Chine, Etats-Unis 2021 – 124min.

Critique du film

Espionnes à la dérive

Christopher  Diekhaus
Critique du film: Christopher Diekhaus

De James Bond à Jason Bourne, la liste de films d’espionnage est longue et dévoile le plus souvent des hommes ruisselant d’une virilité dite exemplaire. Or au cinéma, si l’on cherche des espionnes à la hauteur, la sélection s’avère autrement plus restreinte. Avec The 355, Jessica Chastain, actrice principale et productrice du film, le réalisateur Simon Kinberg (X-Men: Dark Phoenix) et la coscénariste Theresa Rebeck, cherchent à remédier à ce manque de représentation.

Lorsqu'une arme secrète tombe entre les mains de mercenaires, l'imprévisible agente de la CIA Mason « Mace » Brown (Jessica Chastain) devra faire équipe avec l'explosive Marie (Diane Kruger), sa rivale allemande, Khadijah (Lupita Nyong'o), une ancienne du MI6 et spécialiste informatique et Graciela (Penélope Cruz), une talentueuse psychologue colombienne, lors d'une dangereuse mission visant à récupérer l'arme, tout en surveillant une femme mystérieuse, Lin Mi Sheng (Bingbing Fan), qui semble être sur leurs traces. Alors que la mission les amène à parcourir le globe, des cafés de Paris aux marchés de Marrakech en passant par le charme sophistiqué de Shanghai, le quatuor féminin développera une loyauté indéfectible, qui pourrait sauver le monde, mais également les faire tuer.

Avec un ensemble explosif d’espionnes internationales, The 355 joue la carte de la diversité culturelle. Cette énergie détonante divertit. Dans son rôle de dure à cuire, Diane Kruger crève l’écran. Les scènes d’action, loin d’être révolutionnaires, restent d’une parfaite intensité, d’un rythme délicieusement entrainant. Mais ce concentré de stars, de charisme et de talent, peine à sauver un long métrage peu novateur. Le manque de subtilité des personnages et les carences de leurs personnalités brouillent l’histoire, s’opposent à une logique déjà bancale.

Ainsi, l’allemande Marie, présentée en premier lieu comme solitaire et méfiante, semble accepter avec bien trop de hâte de s’unir à ce petit groupe. Penelope Cruz, malgré tout son talent, peine avec son personnage de Graciela. Perdue dans cet océan d’action, elle ne sert bientôt qu’à donner la réplique à ses complices, plus engagées. Nous finissons par nous demander les raisons de toutes ses dangereuses mésaventures. Le scénario, regrettablement trop conventionnel, produit un ensemble de rebondissements et de péripéties prévisibles, dont l’arc narratif autour de l'espionne chinoise Lin Mi Sheng, interprétée par Bingbing Fan (vue dans X-Men: Days of Future Past).

L’action éclipse un suspense qui aurait était véritablement bienvenu. The 355 peine à nous faire oublier l'apparent manque d’originalité et la faiblesse des personnages. Le film de Simon Kinberg saura néanmoins divertir. De la distribution émane une véritable énergie qui dynamise le film. Nul doute que les fans du genre y trouveront leur compte.

(Adapté de l'allemand par Théo Metais et Maxime Maynard)

10.01.2022

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Spider-Man: No Way Home

The King's Man: Première Mission

Nightmare Alley

Spencer