30 jours max France 2020 – 87min.

Critique du film

À trop vouloir faire rire, on finit par faire pleurer…

Camille Vignes
Critique du film: Camille Vignes

Alors que les cinémas tentent tant bien que mal de maintenir la tête hors de l’eau en essayant de convaincre le public de revenir s’asseoir dans leurs salles obscures, alors que Tenet a échoué à séduire le public mondial et américain et à réveiller le box-office mondial, la France fait ce qu’elle fait de mieux (ou pas), livrant ce qu’elle a de grotesque et de plus facilement critiquable, une énième comédie indigeste avec Philippe Lachaud, José Garcia, Julien Arruti, Vanessa Guide et Tarek Boudali: 30 jours max, un long-métrage signé de ce dernier.

Alors que les cinémas tentent tant bien que mal de maintenir la tête hors de l’eau en essayant de convaincre le public de revenir s’asseoir dans leurs salles obscures, alors que Tenet a échoué à séduire le public mondial et américain et à réveiller le box-office mondial, la France fait ce qu’elle fait de mieux (ou pas), livrant ce qu’elle a de grotesque et de plus facilement critiquable, une énième comédie indigeste avec Philippe Lachaud, José Garcia, Julien Arruti, Vanessa Guide et Tarek Boudali: 30 jours max, un long-métrage signé de ce dernier.

Rayane (Tarek Boudali), jeune policier débile et incompétent apprend à tort, après l’erreur de diagnostic d’un médecin (Philippe Duquesne) non moins honteusement mauvais qu’il ne lui reste plus que 30 jours à vivre. De lavette de première classe, il passe alors à casse-cou irréfléchi. Dans sa course pour démanteler un important trafic de drogue, il affirme sa personnalité et enchaîne les décisions et les prises de risques ridicules, caressant le doux espoir de séduire sa coéquipière (Vanessa Guide)…

On aurait aimé que les premières minutes du film ne soient pas représentatives de l’ensemble du métrage. On aurait aimé que la balourdise, la lourdeur et le manque cruel d’intérêt de cette première scène n’annonce pas à elle seule ce que 30 jours max sera, mais malheureusement les promesses lancées par Tarek Boudali dès l’ouverture sont tenues… et ne donnent suite qu’à quatre-vingts grosses minutes de bouffonnerie lourdingue qui amènera certainement le spectateur sur chemin de l’ingestion.Qu’on se le dise, la volonté de Tarek Boudali d’accoucher en un film d’une critique comique et sans faille de bon nombre de genres cinématographiques, allant des films et séries policiers à ceux de superhéros en passant par les comédies à l’eau de rose, crève l’écran (et les yeux). Mais elle est abordée avec une telle lourdeur, un tel besoin de suivre son cahier des charges que le long-métrage ne réussit absolument jamais à proposer quelque chose de nouveau, de frais, ou même de vraiment drôle.

Pensé certainement hilarant, il n’est qu’un enchaînement de gags déjà vu mille fois, dans lequel les rares, très rares, bonnes idées se noient irrémédiablement. Si tout, la moindre scène, la moindre expression de visage, le plus petit détail de costume, semble avoir été pensé pour faire rire, 30 jours max ne donne jamais l’impression de respecter l’intellect de son public, si ce n’est ses choix de casting (en effet, les acteurs sont tous parfaits dans leur rôle). Reste quand même sa photographie acidulée qui dynamise l’ambiance générale et titille agréablement la rétine…

14.10.2020

1

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 3 jours

Pour moi Tarek Boudali et Philippe Lacheau font des films à la sauce burlesque. J'adore. Ils me font beaucoup rire par tous pleins de clins d'oeil et c'est un bonheur durant cette période. Il ne faut pas chercher autre chose que de se laisser divertir... C'est loufoque, ça n'a parfois pas de sens, et ça fait un énorme bien de RIRE. En plus on retrouve José Garcia très bon, Ladesous en participation, sans oublier Chazel totalement déglinguée. (F-18.10.20)Voir plus

Dernière modification il y a 3 jours


Autres critiques de films

Dark Waters

Tenet

The Assistant

Yakari, La Grande Aventure