CH.FILM

Secret et guérisseurs Suisse 2019 – 87min.

Critique du film

De l'autre côté de la guérison

Irene Genhart
Critique du film: Irene Genhart

Prières, contacts spirituels, onguents : les techniques utilisées sont étranges et variées. Présenté aux Journées de Soleure, Thomas Karrer dévoile un documentaire enchanteur, et nous fait découvrir le monde captivant des naturopathes d’Appenzell.

Qui sont donc ces guérisseurs? Comment fonctionne la naturopathie? Comment retranscrire à l’écran ce qui reste invisible pour l’homme? Muni de ces questions et de sa curiosité, le réalisateur Thomas Karrer a entrepris un voyage à travers Appenzell Rhodes-Extérieures, l’un des cantons les plus ouverts à ces médecines alternatives. Depuis 1871, une loi autorise ces pratiques et bon nombre de guérisseurs y résident, ils sont d’ailleurs plus nombreux que les médecins généralistes. Leurs adresses ne figurent généralement pas dans l'annuaire téléphonique, mais ils réussissent à se construire un bon réseau. Il n'y a pas une seule famille qui n’en connaisse pas un.

Leurs médicaments, artisanaux, proviennent de recettes transmises de génération en génération: onguents, teintures, pilules, poudres. Les méthodes utilisées sont aussi diverses que variées. L'un travaillera sur les courants énergétiques du patient, l’autre utilisera ses mains. L’une se dit clairvoyante, en connexion à son soi supérieur, l’autre se décrit comme «sorcière blanche» et prodigue ses conseils en tant que médium. Sans être étrangers aux sciences naturelles, ils sont surtout étroitement liés à une puissance supérieure. Ils savent qu’une maladie a toujours une source spirituelle et physique, et que la guérison est un long périple auquel l’individu ne peut se dérober.

Chaque geste effectué, chaque parole prononcée nous est expliqué. Par-dessus l’épaule de ces guérisseurs, le réalisateur regarde, attentif, curieux. Mais ce qui se passe vraiment et les raisons d’un rétablissement restent inexplicables, énigmatiques. Bien que l'Association suisse pour la guérison naturelle (Schweizerische Verband für natürliches Heilen - SVNH) fasse passer des examens et délivre des certificats, il est admis que le pouvoir de guérir ne s'apprend pas. Il est un don inné.

À travers sa caméra, Thomas Karrer observe. Il analyse ses protagonistes, le tout entrecoupé d'entretiens explicatifs et d’improvisations. De splendides plans de paysages brumeux, de plantes, de pierres, d'eau et de glace s'intercalent entre les différentes rencontres. Le montage crée un climat mystérieux particulièrement réussi, et nous embarque dans un autre monde, si proche et pourtant si loin, pour un film réalisé avec le plus grand soin.

(Traduit et adapté de l’allemand par Maxime Maynard)

27.07.2021

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Mourir peut attendre

Venom: Let There Be Carnage

Dune

Halloween Kills