Yesterday Royaume-Uni, Etats-Unis 2019 – 116min.

Yesterday

Critique du film

Non, ce n’est pas une comédie musicale

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Danny Boyle pense un monde qui n’a jamais connu les Beatles, sauf Jack Malik. Ni une ni deux, le musicien qui peine à faire décoller sa carrière devient une star planétaire en reprenant les chansons phares du quatuor de Liverpool.

John, Ringo, Paul et George n’ont jamais existé. Jack Malik (Himesh Patel), après s’être fait renverser par un bus durant une étrange panne d’électricité mondiale, est le dernier à connaître les chansons des Beatles. Jack, fatigué d’écumer des scènes minables au public clairsemé, va enfin connaître la gloire, la célébrité planétaire. À force de pomper les paroles de « Hey Jude » ou encore « Let it Be », la nouvelle star va être confrontée à un gros cas de conscience : ce succès n’est pas le sien.

Les strass et les paillettes, Jack n’a jamais connu ça. Il vit chez ses parents, il se bat pour se produire sur des scènes de moindre importance, et bosse comme grossiste pour arrondir les fins de mois. Proche de l’abandon, éreinté par le succès qui le fuit, il peut compter sur Ellie (Lily James), sa meilleure amie, la seule qui croit (encore) en lui. Et cette panne d’électricité arrive, chamboule tout : les Beatles n’ont jamais percé, le Coca-Cola a été remplacé par le Pepsi, et « Wonderwall » d’Oasis n’a jamais vu le jour. Les petites blagues fusent, le visage toujours plus hébété de Jack nous tire quelques rires. Alors quand Ed Sheeran himself vient toquer chez lui pour lui proposer de faire sa première partie, Jack Malik voit enfin le bout du tunnel… grâce aux 4 musiciens de Liverpool.

Mais alors pourquoi les Beatles et pourquoi Ed Sheeran ? Une question qui ne trouvera jamais réponse. Richard Curtis, auteur du scénario, n’y répond pas et c’est (peut-être) tant mieux. En effet, le dilemme moral réside dans cette appropriation artistique, dans ce mensonge qui se répand plus Jack empile les tubes. C’est aussi une revisite des succès intemporels signés des Beatles, perçus comme ringards pour un artiste tel que Ed Sheeran : « tu devrais remplacer Jude par dude, crois-moi. » Un clin d’œil sur la vision du show-business en 2019 versus celle des années 70. La musique ne cherche plus à traverser les époques, mais simplement à se consommer. Un pur produit qu’on écoute et qu’on jette aussitôt usé. Debra Hammer (Kate McKinnon) est le parfait reflet d’une industrie du disque toujours plus portée sur l’image que sur la qualité artistique. Paradigme du business de la musique, congestionné dans un film divertissant, entraînant grâce aux montages énergiques de Boyle. Yesterday est ce film agréable qu’on visionne sans se triturer les méninges. Aussi un hommage aux natifs de Liverpool, à l’intemporalité de leurs tubes. Une vie sans les Beatles, n’est pas une vie.

En bref !

L’essentiel est sauf : Yesterday est divertissant. Un moment sympathique, où se greffe une romance prévisible mais charmante. Les morceaux des Beatles viennent agrémenter tout ça, alors qu’on cherche toujours le cinéma personnel et audacieux de Danny Boyle. Le gros bémol de Yesterday.

01.07.2019

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

adutstream

il y a 11 heures

WATCH AND STREAM MOVIE 2019

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN


adutstream

il y a 11 heures

WATCH AND STREAM MOVIE 2019

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN


adutstream

il y a 11 heures

WATCH AND STREAM MOVIE 2019

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN

VISIT HERE : https://bit.ly/2WTIGTN


Autres critiques de films

Le roi lion

Spider-Man: Far from Home

Anna

Annabelle Comes Home