L'Adieu Chine, Etats-Unis 2019 – 100min.

L'Adieu

Critique du film

Grandma’s on the roof?

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Alors que la comédienne Nora Lum - a.k.a. Awkwafina - vient de décrocher un Golden Globe, sa présentation en septembre dernier au Festival du film de Zurich avait conquis l'Helvétie. En effet, L'Adieu est une fable existentielle d’une douceur rare; un coup de cœur indé, un coup de cœur tout simplement.

Billi, jeune sino-américaine vivant à New-York, est littéralement sous le choc quand elle apprend la maladie incurable sa grand-mère («Nai-Nai»), restée à Changchun, en Chine. Alors qu’il ne lui reste que trois mois à vivre selon les médecins, et afin de justifier la réunion massive de toute la famille pour lui dire adieu, un faux mariage est organisé. L’heure est à la supercherie, le poids du mensonge est invivable, et Billi est au bord de lui avouer toute la vérité.

Comme une vitrine du collectivisme chinois, là où la famille prévaut sur l’individu, la réalisatrice Lulu Wang, dessine une dramaturgie familiale et Awkwafina ne cesse d’y briller. Si la récompense de la comédienne aux Golden Globes 2020 (qui piquait la vedette à toute une distribution dans Crazy Rich Asians), est historique, L'Adieu, le film, laissera un souvenir cinéphile indélébile au spectateur. D’une authenticité rare; une élégance, une quiétude, et une retenue jusque dans la mise en scène face au drame qui les habite. Voilà 25 ans que les deux frères ne s’étaient plus réunis en Chine, les voilà au chevet de leur mère condamnée par le cancer pour couver un «bon mensonge» et plonger dans mille tentures une mascarade rocambolesque.

À quoi bon dire à la condamnée que la potence est levée? «Peut-être a-t-elle envie de dire au revoir», entendra-t-on dans la douleur de Billi, elle à qui l’on avait déjà caché la maladie du grand-père. Billi serait trop occidentale, trop sentimentale. Une procession dans les rues de Changchun, alors que son oncle la ramène à l'hôtel, lui rappelle qu’ici l’institution familiale prévaut toujours. Et il fallait la plume humoristique de Lulu Wang pour faire cohabiter ces mondes: l’Occident et l’Asie s’observent et se chamaillent dans une fable d’une force narrative au seuil du documentaire. Une maestria aussi à la caméra, la photographie d’Anna Franquesa Solano est gorgée de cinéma. Alors pour entamer 2020, le destin de Nai-Nai vous réchauffera le cœur et pour longtemps.

En bref!

La mélodie de la sagesse, L'Adieu est une fable existentielle d’une intense et subtile douceur.

08.01.2020

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 2 heures

“Secret de famille”

Etablie à New York, Billi apprend que sa grand-mère restée en Chine est atteinte d’un cancer en phase terminale. Selon la tradition, la maladie est tenue secrète auprès du patient pour qu’il reste serein. Afin de pouvoir réunir toute la famille une dernière fois, le mariage précipité du cousin va servir de prétexte.

Elle ne ressemble pas à grand-chose Billi, l’air renfrogné, la tête à hauteur d’épaules et les gestes un peu gauches. Elle ne sait pas non plus quoi faire de sa vie, espérant une bourse qui ne vient jamais. Mais elle aime sa grand-mère, gardienne d’une tendre enfance à jamais perdue, et désire être à ses côtés pour lui dire adieu.

C’est un beau personnage, campé avec conviction par la révélation Awkwafina. Une jeune fille tiraillée entre sa terre d’adoption – l’Amérique – et ses origines, le poids du secret associé au mensonge, et le respect qu’elle porte aux siens. Une famille cabossée, qu’on peine parfois à recomposer, mais unie autour de la matriarche. Sans trop politiser ni plomber son propos par des larmes artificielles, ce film autobiographique avance à petits pas. L’air de rien, cette modeste escapade chinoise se laisse découvrir sans déplaisir.

6.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 heure


Eric2017

il y a 5 jours

Ce film "D'après un vrai Mensonge" est à la fois intense et léger, teinté de tristesse et de bonheur, accompagné de touches dramatiques et comiques. C'est un petit joyaux comprenant une très belle bande son. (G-19.01.20)


John-Danilo

il y a 7 jours

Tellement émouvant !

Dernière modification il y a 7 jours


Autres critiques de films

Bad Boys for Life

1917

Bombshell

Jumanji: Next Level