Tanguy, le retour France 2019 – 93min.

Tanguy, le retour

Critique du film

Timide retour aux sources

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Tanguy revient 16 ans plus tard chez ses parents. Face à l’arrivée impromptue de leur éternel adolescent, Paul et Édith vont devoir revivre un nouvel enfer. 18 ans après un film qui a marqué une génération, Étienne Chatiliez revient aux sources.

Est-ce qu’Étienne Chatiliez avait besoin de faire une suite ? Bonne question. Peut-être pour renflouer les caisses, mais loin du facteur financier, le petit manège semble vain. Tanguy, le retour n’est qu’une nouvelle comédie qui ravive les vieux souvenirs. Tanguy est l’équation insoluble pour deux retraités bourgeois parisiens, dérangés dans leurs petites habitudes. Une suite qui sent le réchauffé. Un film timide, dopé par la faiblesse d’un casting majoritairement fébrile. En première ligne, Zhu, la fille de Tanguy, campée de manière maladroite par Emilie Yili Kang. Les bras ballants, le jeu statique, ses petites aventures sont absolument inutiles, vides de sens.

Mais c’est bien l’ensemble qui ne joue pas, se cachant derrière l’ombre d’un film au 4,3 millions d’entrées en 2001, jouant sur la marque de fabrique « Tanguy » pour n’en sortir qu’une pâle suite, clairement dispensable. Exemptons Eric Berger, le légendaire enfant pot de colle, assez tête à claque pour nous convaincre qu’il est fait pour ce rôle. Malgré un couple André Dussollier/Sabine Azéma sympathique, les petites blagues millésimées 2019 ne fonctionnent pas. Le facteur divertissement est toujours plus évanescent plus l’histoire s’enfonce dans une parodie de son propre film. Tanguy, le retour s’incruste dans nos salles obscures comme son héros le fait chez ses parents. Et pas pour le meilleur.

En bref !

Les fans de la première heure se laisseront bercer par les souvenirs, un premier temps, avant de cerner la vacuité du propos. Tanguy, le retour est une œuvre sans prétention, certes, surfant sur ses souvenirs et son succès, usant d’un humour dépassé, où la grande majorité du casting sombre dans la facilité ; les acteurs persuadés de perpétuer le succès (incompréhensible) du premier volet. Si le propos didactique est de nous démontrer que même à 40 ans on se sent encore bien chez ses parents, la réponse est assez longue et ennuyeuse.

15.05.2019

1.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 6 mois

“Qu’est-ce qu’ils ont encore fait au Bon Dieu ?”

Edith et Paul coulent des jours heureux à deux. Mais quand leur fils parasite Tanguy, abandonné par son épouse chinoise, débarque un soir de Pékin avec sa fille, c’est leur paisible retraite qui est mise à mal.

Il est revenu et ils ne sont pas contents. L’enfant terrible contre ses parents indignes. Qu’est-ce qu’ils ont encore fait au Bon Dieu ? Le premier opus était un petit bijou de méchanceté virant sournoisement du « Je t’aime, Papa ! —Moi aussi, mon poulet » promis à la blessure par balle… de tennis. Un délice d’incorrection qui marqua son temps et la société de l’époque au point de maudire un prénom.

18 ans plus tard, l’idée de redonner vi(c)e aux antihéros pour qu’ils se prennent en pleine gueule la génération boomerang faisait sens. Las, l’effet nostalgique ne tient pas sur la longueur et la paresse ambiante finit par s’imposer. S’il est toujours plaisant de retrouver le couple Azéma-Dussollier, leur duo pépère, sur un même thème, ne varie guère. Quant à Tanguy – Eric Berger –, il maintient l’insipidité agaçante de son rôle. Le reste de la distribution – famille chinoise et amis persifleurs – sonne affreusement faux. Etienne Chatiliez et ses personnages ont vieilli, manquant de vivacité et de flair. Arthrose, prostate et Alzheimer bourgeois n’amusent pas. Le péril jeune et jaune frise l’irrespect. L’humour recyclé sent le renfermé dans ce grand appartement-témoin totalement désincarné.

5/10Voir plus

Dernière modification il y a 6 mois


Eric2017

il y a 7 mois

Durant les premières 45 minutes il ne se passe rien, mais rien du tout. Puis, lorsque les parents se rendent compte qu'ils sont entrain, dixit: "de se faire enfler" je me suis dit que ça allait s'animer. Et bien non, c'est d'un plat total et j'ai eu à peine un sourire par ci par là. La bande annonce est très bien faite et je dirai qu'il faut se contenter de ça. Les acteurs(triées) n'y peuvent rien. Le scénario est très faible. (G-10.04.19)Voir plus


Autres critiques de films

Le Mans 66

Joker

Midway

Retour à Zombieland