La Vérité France, Japon 2019 – 106min.

La Vérité

Critique du film

Aussi rude à entendre qu’à filmer…

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Réalisateur emblématique, on ne tarit pas d’éloges lorsqu’il s’agit de Hirokazu Kore-eda. Palme d’Or à Cannes en 2018 avec son foudroyant Shoplifters, ou prix du jury quelques années auparavant avec Like father, like Son, le réalisateur japonais avait le vent en poupe et de quoi chatouiller à l'international. Kore-eda débarquait cette année à Venise avec un long-métrage tourné en français, La vérité, une énième élucubration bavarde et naïve autour de la famille au casting pourtant délicieux.

Quelque part à Paris, sur un boulevard, un hôtel particulier, bourgeois et sublime, cache une prison. Un ermitage parisien dans lequel Fabienne (Catherine Deneuve), illustre star de cinéma, a élu domicile. Alors qu’elle vient de sortir ses mémoires, sa fille (Juliette Binoche), scénariste aux Etats-Unis, vient lui rendre visite avec son mari (Ethan Hawke), un acteur looser ancien alcoolique, et leur fille (Clémentine Grenier), histoire de célébrer le bouquin, en famille et selon les convenances. Mais à la lecture des premières pages, les fantômes du passé refont surface, avec douleur, colère. La vérité semble avoir été tronquée. Et alors que Fabienne accepte de tourner dans un film de science-fiction, les premières répétitions avec une jeune actrice (Manon Clavel) la bouleversent.

Douche froide à Venise en ouverture, pas sûr que sa présentation au festival de Zurich ne rehausse sa côte, La vérité est un étrange métrage bavard et faussement profond, aux dialogues interminables au milieu d’une histoire familiale insignifiante et gorgée d’une guimauve parisienne débordante. Sur ces boulevards, jadis, marchèrent la Nouvelle Vague et Amélie Poulain, ici Catherine Deneuve traîne des airs à la Gloria Swanson dans Sunset Boulevard. L’actrice pavane une célébrité d’antan, sorte de diva imbuvable qui casse du grain sur Brigitte Bardot & Co. Une élégance enlevée et finalement très (trop) parisienne, la chose manque d'authenticité, de modernité et de crédibilité. Alors que le cinéma français s'encrasse de ses poncifs, le pauvre Hirokazu Kore-eda y plonge allègrement, sans gêne, n’y remord. Les violons tziganes en sortie de brasserie sous le ciel de la rue Mouffetard nous ont flingué.

Il y avait pourtant l’attirail de la grande épopée familiale, de celles auxquelles le réalisateur nous avait habitué, et dans les entrailles d’une distribution prodigieuse. De Catherine Deneuve à Juliette Binoche en passant par Ethan Hawke (à l’exception de Clémentine Grenier et Manon Clavel qui s’en sortent admirablement), tous déroulent des tirades inconsistantes, perdues entre la traduction du texte, un montage des plus accessoires et un visuel vide de cinéma (sans compter une soundtrack royalty free de remplissage). Jamais cette famille n’aura la force dramatique escomptée, pas même dans son final. Hirokazu Kore-eda semble reposer la trame de son récit sur une ferveur parisienne. D’aucuns la pensent inébranlable, beaucoup s’y cassèrent les dents, La vérité a ce quelque chose d’une époque révolue, sans mélancolie aucune, simplement désuet et superficiel. Hirokazu Kore-eda frappe bien trop loin de son époque.

En bref!

Aussi prodigieux soit son réalisateur, aussi prometteuse soit la distribution, la mouture finale frôle le has-been et la surenchère de clichés à outrance. Il y avait pourtant un potentiel indéniable, La vérité restera très anecdotique, lesté par un scénario sans grande consistance.

19.10.2019

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 18 jours

Même thématique qu'un air de famille. Les deux actrices y sont excellentes. Mais où est la frontière entre le jeu de l'actrice et la vraie vie ? Deneuve ne le sait pas vraiment et Binoche est là pour tenter de le lui faire comprendre. Un "règlement de compte" fait en douceur. (G-30.12.19)


CineFiliK

il y a 18 jours

“Telle mère, telle fille”

Fabienne, célèbre comédienne, s’apprête à publier ses mémoires. Sa fille, Lumir débarque en famille de New York pour évoquer ce livre intitulé La Vérité. Vexée, elle est bien décidée à confronter sa mère à ses mensonges.

Qu’est-ce la vérité au cinéma, art de l’illusion par excellence ? Le décor devient une réalité. On se dissimule derrière un personnage, un masque et un costume pour au final se mettre à nu quand on joue. Il y avait là de quoi donner le vertige en troublant les repères du spectateur. Mais le cinéaste, pour la première fois loin de son Japon et travaillant une langue qu’il ne maîtrise pas, s’avère peu inspiré. Plus enclin à dessiner les relations père-fils, il se contente d’une histoire empesée par les fantômes, les non-dits ou les oublis. Il semble surtout se pâmer devant l’aura encore magnifique de Catherine Deneuve. En majesté, la star s’amuse à incarner une sorcière ironisant sur le temps qui passe dans le métier, à peine nostalgique de sa jeunesse perdue, et envoyant au passage une pique à BB, gracieusement rebaptisée Bof Bof. Avec en exergue cette phrase de Fabienne qui aurait peut-être pu sortir de la bouche de la reine Catherine : « J’ai préféré être une mauvaise mère et une mauvaise amie plutôt qu’une mauvaise actrice ».

6/10Voir plus

Dernière modification il y a 18 jours


suffragette_city

il y a 18 jours

Un tout petit 3 étoiles: distribution rêvée, duo-duel Deneuve-Binoche sous forme de jeu de miroirs réussi grâce à des dialogues ciselés, mais verbeux et assez vain. Un manque cruel d'émotion, une mise en abîme alambiquée ainsi que des références récurrentes à des fantômes qui n'apportent rien au propos. Bref, passablement décevant. Dommage.Voir plus


Autres critiques de films

1917

Jumanji: Next Level

Star Wars: L'Ascension de Skywalker

À couteaux tirés