Jusqu'ici Tout Va Bien France 2019

Jusqu'ici Tout Va Bien

Critique du film

Une agence toute neuve

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Mohamed Hamidi s’est distingué avec son film La Vache, qui suivait Fatah, un petit paysan invité au salon de l’Agriculture pour présenter sa vache Jacqueline. Fini le milieu rural, place à une agence de communication branchée qui doit délocaliser à La Courneuve, pour éviter une amende salée du fisc.

Happy Few est une agence de communication parisienne branchée qui traite avec les grosses marques et autres sociétés influentes. Alors quand son siège est déplacé à La Courneuve, Frédéric Bartel redoute que ses clients ne le suivent en Seine-Saint-Denis. Impossible de faire marche arrière : c’est soit le déménagement, soit la clé sous la porte. Pour prendre la température, Fred fait appel à Samy (Malik Bentalha) pour se familiariser avec les lieux. Il fera office de chaperon pour les employés de l’agence. La Courneuve, c’est un tout autre monde, un milieu hostile, sauvage, presque le « tiers monde ». Et c’est bien ça qui dérange : la caricature des banlieues avec ses problèmes, entre mixité culturelle et trafic de drogue, ne fait qu’alourdir le récit.

Mohammed Hamidi repart au front dans un genre qu’il maîtrise et la comédie banlieusarde marche souvent dans l’Hexagone. Entre la comédie sociale et satirique, Jusqu’ici tout va bien mise sur le feel-good movie, sur des relations tumultueuses et légèrement artificielles, avec une bonne dose d’humour très ras-de-terre. Gilles Lellouche est peut-être le point positif du métrage, plutôt bon dans le costume du patron égoïste, un peu immature en ce qui concerne son rôle de père. Dans l’idée, et dès le départ, le moule préfabriqué tend vers une convenance et une morale bien terne. Oui, les bobos parisiens peuvent s’entendre avec la petite racaille, et même les sortir d’un mauvais pas. Parfois, cela fait des étincelles et les malentendus éclatent. Un foisonnement de différentes situations comiques et parfois tragiques qui sonnent creux. Au milieu du contexte social, une petite romance sympathique et prévisible, mais rien ne nous fait frémir.

En bref !

Hormis quelques blagues bien senties, Mohamed Hamidi joue sur les clichés et mélange les deux camps : bobos et racailles. En ressort un hymne à la réunification, où les érudits osent tailler une bavette avec la plèbe. Un divertissement comique qui grossit le trait, qui rendra les petits malotrus sympathiques aux yeux de tous.

26.02.2019

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 1 mois

Très bon film avec un Gilles Lellouche bien sympathique et humain. On y rit très souvent et même si parfois il y a des invraisemblances(comme la scène où ils rentrent par effraction dans les magasins), on s'amuse beaucoup. Un film à voir. (G-02.03.19/03.03)


Autres critiques de films

After Passion

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu?

Dumbo

Shazam!