Joker Etats-Unis 2019 – 122min.

Critique du film

Et le phoenix renaît de ses cendres

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Rares sont les films qui pouvaient prétendre à un tel engouement avant même leur sortie. Depuis son Lion D’or au festival de Venise, la déferlante Joker est foudroyante. Alors, vaste fumisterie ou film prodige? Une fois n’est pas coutume, mais la toile avait raison, Joker relève du sublime.

A Gotham, dans les années 80, Arthur Fleck (Joaquin Phoenix) déambule dans les rues déguisé en clown, une pancarte à la main. Murray Franklin (Robert De Niro) divertit les chaumières du haut de son show télévisé et Thomas Wayne (Brett Cullen) embraye pour les élections. Chez les cols blancs l’affaire est huilée, Fleck enquille la vie avec son flegme habituel, et il accompagne sa mère devant le poste, chaque soir, pour regarder Murray Franklin. Le clown aspirant comédien a un rêve, la célébrité. Il s’essaye à la scène, mais sa condition clinique fait de lui un fou, un freak, une ombre risible. Au détour d’un après-midi, des gamins le passent à tabac, dès lors la colère mijote, et bientôt, Fleck devient inarrêtable. Le Joker est né.

Si tout le monde garde en mémoire la performance du regretté Heath Ledger (seule véritable perle du The Dark Knight qui vieillit extrêmement mal), ou celle de Jack Nicholson (ou même Jared Leto), nous serions tentés de dire que Joaquin Phoenix surclasse littéralement tous les Joker, mais l’histoire semble tellement décrochée du wagon DC que toute comparaison paraît nulle et non avenue. Réalisé par Todd Phillips, et produit par Bradley Cooper, Joker est une enclave à Gotham en solitaire, sans la perspective d’y développer une once de franchise. Le métrage traverse les mailles Warner/DC avec insolence et une suffisance jouissive. Sorte de rejeton du système en marge des univers (sur)étendus pour sonder les arcanes de la psychologie du Joker, le duo Phillips/Phoenix appartient désormais à l’histoire.

Au panthéon du sublime, la performance de Joaquin Phoenix côtoie une palette graphique d’un vert bronze aux reflets néo-noir, une mise en scène d’une exigence folle, entachée d’une crasse miséreuse de tous les plans, la caméra virevoltante de Todd Phillips et les violons majestueux de la compositrice Hildur Guðnadóttir. Une première heure à vous faire trembler, loin des DC, l’histoire du Joker devient presque accessoire. Joaquin Phoenix vogue avec maestria, la profondeur de son regard, la torsion du corps des aranéides, comme un insecte en proie à la morgue… La raclure du Bronx fracasse d’une poésie noire, et sa mère aussi, on se croirait dans Requiem For A Dream. Insupportable, la genèse du Joker dans les intestins du lombric de fer de Gotham offre une ouverture au drame d’une puissance asphyxiante. Immédiatement, le souvenir de Taxi Driver et Todd Phillips colmate les lacunes de ses pères. Joker est d’une modernité stupéfiante.

Aussi Todd Phillips manie l’art du grand divertissement populaire dans les entrailles d’une ordure. Subtile et complexe dans sa narration, les Américains s’en affolent d’ailleurs, mais sans dénigrer la violence assumée de certaines scènes du Joker, il en est une autre, sociale, sous-jacente, invisible et laissée en jachère; comme si Ken Loach avait signé avec la Warner et DC. Todd Phillips envoie à l’abattoir pléthore d'injustices sociales et offre à la justice une vengeance masquée façon V pour Vendetta. Alors même si Todd Phillips emprunte (parfois) quelques raccourcis accessoires dans son histoire, Joker tranche la morale.

En bref!

Il est de ces films que rien ne semble arrêter, Joker sera de cette trempe. Une violence aux 1001 facettes. Délicieux et abject, Todd Phillips livre un sombre Joker dans la basse-pègre de Gotham. Une masterclass d’acting signée Joaquin Phoenix pour un cinéma de très (très) haute voltige.

03.10.2019

4.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Karry

il y a 9 mois

:-)


messercoco

il y a 1 an

Rien à dire pas aimé


CineFiliK

il y a 1 an

“Smile”

Arthur Flex arpente les rues sales de Gotham City dans son costume de clown pour le compte de quelques enseignes fauchées. C’est alors que des délinquants l’agressent, laissant l’individu allongé sur l’asphalte. Celui qui souffre de crises de rire incontrôlées et dont la mère préconise un sourire pour embellir toute situation, ne sera-t-il jamais ce grand comique médiatique qu’il rêve de devenir ? Un homme est mort, une étoile noire est née.

D’une audace inédite, le brûlot de Todd Phillips réussit l’exploit de sortir DC de sa terrible gueule de bois. En choisissant d’investir la personnalité trouble du futur Joker, le plus souvent réduit à jouer les pendants machiavéliques du justicier masqué, il rebat les cartes avec ruse et intelligence. La chauve-souris n’est ici qu’un enfant laissé l’air hébété derrière des grilles. Les amateurs tenaces d’affrontements explosifs n’auront droit qu’à quelques pétards mouillés. Le super-héros est ailleurs, redevenu humain.

Incarné par un Phoenix voltigeant au milieu des cendres, c’est un malade né d’une mère abîmée ou corrompu par une société égocentrée ? Celle-là même qui écrase sur le carreau à coups de piques budgétaires mal senties, ces « tristes clowns qui n’ont rien su faire de leur vie ». Appel à la révolte en marche ou dénonciation de cette violence quotidienne marquée par l’irrespect d’autrui ? Entre hier et aujourd’hui, les repères filmographiques se dérobent. L’orange mécanique de Kubrick injecte son venin, les pantins valsent comme chez Scorsese et les « poings » d’interrogation de Fincher imposent le délire schizophrénique : suis-je fou ou est-ce le monde autour qui le devient ? Joker.

8.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 an


Autres critiques de films

Greenland - Le Dernier Refuge

Dark Waters

La bonne épouse

Tenet