ÇA Chapitre 2 Canada, Etats-Unis 2019 – 169min.

ÇA Chapitre 2

Critique du film

Il est re-revenu

Lino Cassinat
Critique du film: Lino Cassinat

Adapté de l’œuvre culte de Stephen King, le premier film Ça d’Andres Muschietti avait pris de court la Terre entière, le public le catapultant plus gros succès de l’histoire du cinéma d’horreur avec 700 millions de dollars de recettes dans le monde. C’est peu de dire que le second film était attendu au tournant.

27 ans après la victoire du Club des Ratés sur Grippe-Sou, le sinistre Clown est de retour pour semer la terreur dans les rues de Derry. Désormais adultes, les membres du Club ont tous quitté la petite ville pour faire leur vie. Cependant, lorsqu'on signale de nouvelles disparitions d'enfants, Mike, le seul du groupe à être demeuré sur place, demande aux autres de le rejoindre.

Un second film attendu au tournant et sans doute moins bien négocié tant ce chapitre répète les erreurs de son sympathique aîné, sans jamais retrouver les qualités et la fraîcheur qui venaient les contrebalancer. Alors, oui la direction artistique est toujours très solide et oui le Club des Ratés est immédiatement attachant, même dans sa forme adulte. Le casting est là encore impeccable, et Bill Hader déploie des trésors d’émotions.

Mais il est difficile de se re-satisfaire de tout cela quand on l’a déjà vu à l’identique dans le précédent film, et alors que celui-ci est encore une fois parasité par de gros problèmes d’écriture, au premier rang desquels une sous-écriture évidente de certains personnages, beaucoup trop nombreux. On citera par exemple James McAvoy, dont la psychologie ici ne se résume qu’à être une bouteille de Roche Mazet ambulante.

Évidemment, des coupes étaient nécessaires pour que le pavé originel devienne digeste, certains choix de réécriture laissent vraiment pantois. Séparer le groupe est un échec instantané, et si la séparation nette entre enfance et âge adulte (imbriqués dans le roman) ne gênait le premier film qu’aux entournures, Ça 2 en paie le prix fort. Le dialogue entre tragédie originelle et continuation en trajectoires adultes brisées est rendu totalement impossible, et c’est la charge traumatique globale du film qui s’en trouve fortement amoindrie.

Car, disons le sans détour: Ça échoue totalement à tirer l’essence horrifique de son monstre, et à dépeindre avec conviction cette somme totale de terreurs infantiles que représente Grippe-Sou. Il faut ajouter à cela une mise en scène beaucoup trop simple et des moments d’effroi beaucoup trop rugueux (oscillant entre jump scare pas cher et soupe à la grimace de clown) et on en tire un constat simple: Ça 2 fait moins peur que le premier. En réalité, malgré quelques scènes vraiment prenantes, Ça 2 ne fait pas peur, car il se repose trop sur les (un peu maigres) acquis du premier. Or, un tour de train fantôme peut surprendre la première fois, mais si le second suit exactement les mêmes rails, on ne peut plus être surpris.

En bref!

Trop mécanique, Ça 2 n’est malheureusement qu’un rab sans variation d’un premier film juste sympathique.



10.09.2019

2.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 4 jours

Le chapitre 2 vaut la peine d'être vu ! Pour ceux qui aiment l'adaptation au cinéma de l'univers de Stephen King seront servis et c'est mon cas. Dès les premières minutes on est pris par les images et le clown est plus terrifiant que dans le premier film. C'est 27 ans plus tard et le casting fait et absolument génial. Il y a également un mélange d'images entre ces gamins de l'époque et ce qu'ils sont devenus qui se trouvent être excellent. BRAVO ! (F-15.09.19)Voir plus


vincenzobino

il y a 6 jours

Lettre aux ratés
2016, 27 ans après les sombres événements de Derry: toute la communauté des Ratés a quitté les lieux, toute excepté Mike toujours sur place. Lorsqu’un crime homophobe ainsi qu’une disparition d’une fillette font craindre le retour de Grippe-Sou, il est temps pour le groupe d’anciens adolescents devenus adultes de se réunir à nouveau. Mais lorsque vous vivez aux quatre coins du pays et que l’un des membres manque à l’appel, pas facile de finir la mission d’alors.
Voici donc cette suite du livre culte de King, dont la première partie m’avait personnellement enchanté. L’expérience pour cette seconde s’annonçait plus forte me concernant étant contemporain avec nos héros. Elle le fut passablement.
Je pourrais dresser un copier-coller de ma critique du premier acte: peut-être trop d’effets visuels mais un rythme prenant et fort bien retranscrit. Effectivement cette seconde partie est dans la continuité même : la durée de 170 minutes était à mes yeux nécessaire pour pleinement ressentir les émotions d’alors à la lecture.
Par rapport au téléfilm avec Tim Curry, un plus et un moins se dégage : Le plus est sans conteste le casting remarquable (palmes à Bill Hader et Mc Avoy) et un humour aussi fin détendant parfaitement; le moins serait peut-être le traitement de l’ultime acte après les retrouvailles et les objets ( séquence remarquable), manquant peut-être d’un frisson pur, mais compensé par la même retranscription finale que le téléfilm et servi par la toujours excellente musicalité de Wallfish. Au final, on ne regrette pas le voyage et cette lecture finale.
A recommander.Voir plus


Autres critiques de films

Ad Astra

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

La Chute Du Président