Diego Maradona Royaume-Uni 2019 – 120min.

Diego Maradona

Critique du film

Diego Maradona, plus qu’un joueur de foot

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Après Amy Winehouse et Ayrton Senna, Asif Kapadia s’intéresse à un autre mythe: Diego Armando Maradona, footballeur légendaire. Présenté à Cannes en mai et sur la Piazza Grande locarnaise, un documentaire aussi foudroyant qu’un dribble de l’Argentin.

«Sur un terrain, tout devient insignifiant» lance le magicien argentin. Diego Armando Maradona est plus qu’un joueur de football, il est une icône, un homme érigé au même rang que Dieu. Les Napolitains, les Argentins, les amoureux du ballon rond portent tous Maradona dans leur cœur. De son bidonville à Barcelone pour enfin atterrir à Naples, lieu où sa légende s’est forgée, le petit Argentin de 1m65 a illuminé le monde du football de sa vista et de son talent unique. Mais derrière ses gestes sublimes, un homme flirtant avec le chaos au quotidien.

Une vidéo d’archive montre Pelé parler de Maradona comme «un bon joueur, talentueux, mais au mental friable». Pelé, l’autre roi du football, s’est fourvoyé. Enfin pas tout à fait. Maradona est doté d’un talent unique, d’une technique hors norme, et oui, le footballeur argentin avait bien un talon d’Achille: son mental très, très fragile. La cocaïne pour potion quotidienne, Maradona a goûté à la gloire, avant de sombrer dans ses vices. Le revers de la médaille habilement traité par Asif Kapadia, tout en souplesse, parfois de manière radicale en braquant son travail sur des clichés voyant Maradona dans une posture peu avantageuse, la bouche ouverte, les yeux fermés, agrippé par ses fans. Tel le messie venu délivrer un peuple. Car l’homme a réussi l’impensable: faire gagner un Scudetto (le titre dans le championnat italien) au SCC Napoli, le club qui l’a arraché à ses tourments barcelonais. Sa carrière était au point mort dans le mythique club de Barcelone, il est à présent Dieu pour les Napolitains.

Une trajectoire si complexe, tant dans le costume de footballeur que dans celui de la vie de tous les jours. Le mythe est disséqué à travers un condensé de 500 heures inédites des archives personnelles de Maradona. Une mine d’or pour les fans, une quasi étude anthropologique pour d’autres. Durant sa période dorée à Naples - de 1984 à 1991 -, Maradona a réussi à rendre le sourire à tout un peuple napolitain harassé, vampirisé par la pègre. Lui, petit footballeur aux pieds magiques, réussit à relancer l’économie grâce à ses prouesses. Un impact social immense, et le voilà au même niveau que Dieu. Mais pas que, sa légende se forge également avec l’Albiceleste - surnom de la sélection argentine -, avec des buts sortis de nulle part.

Tout le monde garde en tête cette «Main de Dieu» contre l’Angleterre à l’occasion du Mondial 86, et ce slalom unique, grandiose, pour inscrire le 2-0. Tout ça en un seul match. À travers cette partie, il démontre ses deux facettes: le génie et la tricherie. Hors des pelouses, Maradona trempe dans des affaires louches, se fait happer par la Camorra avant de foncer droit dans le mur. Le déclin inévitable d’un gamin pauvre, riche à millions. Asif Kapadia, en délaissant le documentaire convenu avec des faces-caméra et des sempiternels entretiens, ébauche un film toujours en mouvement, narré par une multitude d’intervenants. Du préparateur physique à l’ex-femme, en passant par Maradona lui-même, l’histoire révèle l’homme dans ses moindres détails, bien qu’il évoque en surface son passé sulfureux avec la mafia italienne.

En bref!

Avec son maillot flanqué du numéro 10, Diego Maradona a déjà été évoqué sous toutes les coutures. Et même s’il n’y a pas de révélations fracassantes, Asif Kapadia démoule un documentaire d’une grande générosité, où ombre et lumière se conjuguent pour accoucher d’un sportif hors du commun. Diego Maradona est le génie et la folie à la fois. En ça, Diego Maradona (le film) est de l’étoffe des grands documentaires.

16.08.2019

4.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Eric2017

il y a 13 jours

Film très touchant où l'on découvre un homme en plus du footballeur. Et il y a ce match de CM 1990 Italie-Argentine joué à Naples. Il y a ce but du Pibe qui prive la Nationale de SA finale. Ce jour a été fatal pour Diego. L'italie c'est mise à le détester. Sa période napolitaine aura été une des plus belles, mais c'est aussi celle qui aura causé sa perte. Documentaire percutant, avec des images d'archives qui met en avant l'extrême fragilité de ce dieu du football. (G-31-08.19)Voir plus

Dernière modification il y a 13 jours


Autres critiques de films

ÇA Chapitre 2

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood

Late Night