Bombshell Canada, Etats-Unis 2019 – 108min.

Critique du film

Harcèlement silencieux

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Megyn Kelly a dénoncé le grand, l’intouchable Roger Ailes. Alors quand l’empire Fox News, géré par l’empereur à la main de fer commence à tanguer, la folie médiatique prend une ampleur féministe inattendue.

La politique a plusieurs faces. Dans Bombshell, les femmes contre-attaquent et les grands manitous se rongent les ongles jusqu’au sang. Un trio formé derrière la première femme à avoir lancé l’alerte générale: Gretchen Carlson (Nicole Kidman). C’est ensuite la présentatrice star, Megyn Kelly (Charlize Theron), celle qui a tenu tête à Donald Trump, celle qui ose se montrer forte quand l’opinion publique la traine dans la boue. Les coulisses, les habitudes sadiques, le harcèlement moral et physique; Fox News déchante et Roger Ailes ploie sous les plaintes.

Il y a eu un peu plus tôt The Loudest Voice, série diffusée sur Showtime, s’intéressant avant tout à l’ogre Roger Ailes, fondateur de la chaîne américaine la plus regardée: Fox News. Prêtant ses traits à Ailes, Russell Crowe incarne un homme de pouvoir, bien décidé à faire étalage de son autorité pour profiter des plaisirs charnels féminins. Un chef d’entreprise si influent que ces femmes qui atterrissent entre ses mains ne peuvent refuser ses avances. Dans Bombshell, l’angle est différent, il est axé sur 3 femmes, 3 caractères différents, 3 blondes et surtout 3 destins liés par un harceleur notoire. Gretchen, Megyn et Kayla (Margot Robbie) sont ces 3 femmes.

À la place de Crowe, nous retrouvons le convaincant John Lithgow dans la peau du tortionnaire. L’allure empâtée, le regard colérique et teinté de perversité, l’homme ordonne à ses présentatrices vedettes d’avoir les jambes visibles - le spectateur reste focalisé sur les «belles jambes», insiste-t-il. L’ambiance devient intenable quand Gretchen passe à l’action et prend les devants pour dénoncer la «méthode Ailes». Jay Roach articule son récit en forme d’entonnoir, pour arriver au point de rupture: le soulèvement, briser le silence une bonne fois pour toute. Début des conséquences, lancement des hostilités contre un homme et ses «fidèles». La politique du silence de Fox News vole en éclat.

Charlize Theron en fer de lance, excellente dans la peau de Megyn Kelly; Nicole Kidman, un temps passive, armée d’un caractère et d’une ténacité sans faille; Margot Robbie, la petite nouvelle, toute naïve, mais loin de se laisser abattre. Un trio puissant, conscient de servir une notion de l’information spectacle, qui indubitablement verse dans le sexisme. Bombshell, c’est d’abord un travail de reconstitution, une folle embardée dans un empire à la lisière de l’effondrement. Un métrage à différentes faces, sur courant alternatif, avec ses scènes fortes et dérangeantes. On pense aux différents face-à-face entre Ailes et Kelly, mais surtout à cette scène où Kayla doit se plier aux désirs pervers de Roger Ailes. La honte masculine atteint son paroxysme.

En bref!

Un trio d’actrices tenant à bout de bras un film tenu, maîtrisé. Sans être transcendant, la reconstitution de l’affaire nous tient en haleine, avec ses segments gênants et puissants. Bombshell démontre l’étendue de la banalisation du harcèlement à grande échelle.

24.01.2020

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 2 mois

“Balance ton quoi”

Lorsque la journaliste Gretchen Carlson se voit signifier son congé, elle décide de prendre les armes. Accusant de harcèlement sexuel Roger Ailes, grand manitou de la très conservatrice Fox News, elle encourage par sa démarche d’autres collègues victimes à témoigner.

Le vieux renard libidineux, aux faux airs d’un Gérard Depardieu plus vieux, apprécie les pirouettes de ses nouvelles recrues au sein de son bureau cloisonné. Sourires enjôleurs, fines gambettes et jupes courtes sont encouragés. « Nous sommes un média visuel », aime-t-il rappeler. « En échange de mon soutien, j’exige de vous une entière loyauté. » Soit tout un système intégré par chacune et chacun dans une forme d’ambiguïté troublante que la revanche d’une blonde va finir par ébranler.

Le film post #MeToo démontre avec une efficacité froide la pression subie par les femmes ayant l’ambition de faire plus que de la figuration à la télévision américaine où porter un pantalon représente déjà un signe de résistance. Le trio de dames est bien choisi, mais seul le personnage d’ingénue inventé et incarné par Margot Robbie dégage une réelle émotion.

A l’ère de Donald Trump, acteur lui aussi dans l’affaire, le combat pour le respect et l’égalité paraît encore bien long. D’autant plus que la somme allouée aux proies fut moindre comparée à l’indemnité de licenciement de leur bourreau.

7/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


vincenzobino

il y a 2 mois

Ne le dis à personne
2015, alors que la campagne présidentielle républicaine bat son plein: Megwyn et Gretchen sont parmi les figures fortes de la chaîne Fox News dirigées par Roger Ailes et propriété de la famille Murdoch. La femme y est perçue comme un objet uniquement bon à montrer ses jambes. Si toutes se taisent, la candidature de Donald Trump et son interview par Megwyn vont mettre le feu aux poudres des obsessions du big boss. Jeune assistante , Kayla va le découvrir à son tour.
Le voici ce plaidoyer attendu sur l’intégrité et l’honneur feminin. Un jugement brillant.
Le premier point paraît presque surréaliste : précisant que bien des noms sont fictifs et que bon nombre d’intervenants ont été uniquement filmés par des images d’archives provoque déjà un certain malaise, impression confirmée par la première apparition de l’agneau Ailes qui ne laisse nullement présager de ce qu’il fut en réalité.
Après Trumbo et le contexte politique, Roach s’attaque au rôle carriériste féminin. Et Mesdames, autant vous prévenir, certaines de vos semblables vont, par leur acceptation et/ou naïveté, vous choquer durant la première heure. Le plein pouvoir a un prix tel que le silence est d’or et que toute parole pourrait vous faire perdre beaucoup d’argent. Heureusement l’issue vous sciera pleinement.
Un casting féminin brillant avec en tête d’affiche Charlize Theron et surtout Margot Robbie qui prouvent que leurs nominations sont totalement justifiées, particulièrement Margot incroyable sur une séquence marquante orale. La réalisation peut au début paraître agressive mais elle se colle parfaitement à l’empire Fox et la contre-attaque orchestrée.
On pourrait peut-être s’interroger sur le fait que le film ne soit pas plus crû, mais le choix de privilégier la parole à l’acte marque davantage, de même que le verdict de seconde zone confirmant que si un pion est tombé, un échiquier reste néanmoins solide.
A recommanderVoir plus


Eric2017

il y a 2 mois

Tout d'abord la version française de ce film est catastrophique. Les voix ne collent pas aux personnages et se trouvent être en décalage. Question scénario, et bien nous sommes en plein dans l'actualité et le licenciement du PDG de la Fox pour harcèlement est absolument indiscutable. Son comportement a été totalement scandaleux et il est vrai qu'il aura fallu beaucoup de courage a ces femmes pour oser dénoncer cet odieux personnage. Un bon film . (F-26.01.20)Voir plus


Autres critiques de films

Atlantique

Le mystère Henri Pick

Justice League

The Invisible Life of Eurídice Gusmão