Babyteeth Australie 2019 – 117min.

Critique du film

Romance supersonique

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Réalisé par l’excellente Shannon Murphy, Babyteeth (Milla) est un long-métrage d’une sensibilité rare, la romance supersonique entre une jeune adolescente gravement malade et un dealer de drogues. Porté par un brillant casting, Babyteeth saura vous surprendre.

La voilà contrainte aux perruques et aux pilules anti-vomissements, et alors qu’elle saigne du nez sur un quai de gare, Milla (Eliza Scanlen) rencontre Moses (Toby Wallace) qui lui propose sa chemise et un peu de réconfort. Tout les oppose; les étoiles contraires s’attirent et se déchirent, nul ne sait véritablement combien de temps il reste à Milla, mais une chose est sûre, elle s’est trouvée un compagnon de route et entend bien s’y accrocher. Sorte de chien sauvage pris dans la volte de Milla; n’en déplaise à ses parents et leur conformisme bourgeois, désormais il faudra composer avec Moses, pour le meilleur et pour le pire.

Récemment à la barre de deux épisodes de la série Killing Eve, Shannon Murphy est une habituée de la télévision, mais elle signait en 2019 Babyteeth, son premier long-métrage. Nominé pour un Lion d’Or à Venise la même année que Joker, et après avoir presque tout raflé au AACTA (prix du cinéma australien), le métrage de l’australienne réalisait un parcours en festivals absolument impeccable et ce jusqu’à émouvoir la foule au tapis vert du festival de Zurich.

Un film qui aurait dû inaugurer la réouverture prévisionnelle des cinémas helvétiques du 24 mars dernier; Babyteeth se fait désormais attendre en Suisse romande. Un long-métrage dont émane toute la beauté innocente des premiers films, une insouciance aussi dans le déroulé narratif découpé en chapitres. Une réalisation pastel, édulcorée pour deux heures d’une histoire sensible, deux heures incontrôlables d’une romance supersonique où l’excellence de ses acteurs se mêle à la maestria du langage cinématographique proposé par Shannon Murphy.

La perdition et la morphine du père (le très touchant Ben Mendelsohn) ou les illusions et les somnifères de la mère (Essie Davis elle aussi excellente) qui tentent de faire sens et d’accepter l’inimaginable, alors qu’un chien sauvage se mêle à l’équation de leur fille. À ce jeu, Tobby Wallace (décoré du Marcello Mastroianni Award à Venise) livre une prestation de l’ordre du diamant brut, en tandem avec Eliza Scanlen (Milla), les voilà qui brillent. Jusque dans une scène de clôture face à l’immensité de l’océan, la métaphysique de Babyteeth est d’une violence poétique, douce et presque réconfortante. Sorte d’accélérateur de conscience, Babyteeth vous réveille et vous cueille. Quel film!

26.03.2021

4.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Wonder Woman 1984

Chaos Walking

The Nest

Adieu les cons