Cheney Etats-Unis 2018 – 132min.

Résumé

Cheney

genre
Comédie Drame

Après avoir occupé les postes les plus prestigieux et influents de l’administration américaine depuis 1975, Dick Cheney devient le nouveau vice-président des États-Unis le 20 janvier 2001. Un poste symbolique avec lequel le Républicain va mener la politique américaine et devenir l’homme le plus puissant du monde, sans faire de bruit.

Casting

Réalisateur

Date de sortie

Suisse All.: 21 février 2019

Romandie: 13 février 2019

Tessin: 17 janvier 2019

Bandes-annonces, vidéos & images

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 21 jours

“Very Dick”

Dick Cheney, politicien d’influence des années Nixon à W. Bush. Mais qui se cache derrière le masque intrig(u)ant de cet homme de l’ombre ?

On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais les poissons d’eau douce avec des mouches. « Pécheur » émérite, Cheney ne l’ignore guère. Alcoolique adepte des mises au poings, il est remis sur les marches du pouvoir par son épouse Lynne, insatiable. Uni, le couple fait des étincelles. Dans un salon, une partie des convives les envie, quand l’autre les craint. A la Maison-Blanche, le corpulent a les cartes en mains. Ce requin-baleine aux dents longues gobe insidieusement sur son passage les proies faciles et s’assoit dans un fauteuil. Il devient vice-président, sans la vertu.

Accrochée aux lèvres d’un mystérieux narrateur, la démonstration d’Adam McKay est implacable, mais brillante, alliant l’humour au corrosif, la satire et le cynisme. Pour peu, Cheney serait le diable incarné, responsable de tout – guerre, terrorisme, corruption, changements climatiques et influence néfaste des médias. Sous le poids du lourd costume, Christian Bale est aérien, malgré le régime qu’il s’est imposé. Le reste de la distribution l’élève avec grâce. On frétille et s’accroche pour ne pas se noyer, tout en sentant l’amertume nous envahir. Car entre l’Amérique de l’époque et celle d’aujourd’hui, rien ne semble avoir changé, si ce n’est en pire.

7.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 20 jours


Eric2017

il y a 23 jours

Un film remarquable sur les coulisses du pouvoir où les scrupules n'existent pas même si ça doit coûter la vie à des milliers de personnes. On arrange la réalité pour arriver à ses fins. C'est monstrueux et épouvantablement choquant. Christian Bale fait une interprétation magistrale de Cheney. Un bémol en ce qui me concerne, le montage est quelque peu confus. (G-25.02.19)Voir plus


vincenzobino

il y a 1 mois

Coeur de loup
11 septembre 2001: l’état-major et le gouvernement américain sont en pleine panique après un crash contre le Pentagone. Tous les membres semblent désespérés. Tous, sauf le vice-président Dick Cheney. Comment a-t-il atteint ce poste, lui alcoolique notable durant les années 1960, et comment va-t-il en tirer profit?
Le compte à rebours avant les Oscars entre dans son ultime ligne droite et ce biopic en constitue l’avant-dernière étape. Traiter du bras droit de W. Bush semblait un pari gonflé. Il est fort bien relevé.
La séquence d’ouverture le 11 septembre 2001 et la réaction de Cheney alors sont en contradiction avec le retour en arrière en 1963 où d’homme d’Etat, c’est un individu en piteux état qui nous est montré, symbolique très forte des Etats-(des)Unis. Sa femme Lynne semble avoir davantage le profil sénatorial, sauf que la loi d’alors l’empêchait. Et du coup, c’est un véritable empire qui va naître et se développer.
Un canidé rencontrant quelques pépins cardiaques va bâtir sa réputation et l’arrivée des Bush père et fils forger son destin.
La première heure et demie est absolument passionnante, avec tant une satire sur le pouvoir qu’un procès sur ses abus. Hormis Cheney, tout le Gotha politique en prend pour son grade. Dick est ici un pion pouvant bien réaliser un putch envers son cavalier et son roi, ce qui donne lieu à des situations tant jouissives que révoltantes.
La demi-heure suivante est un retour plus terre-à-terre qui manque quelque peu de piquant ou du moins d’esprit critique. Mais l’ultime quart-d’heure nous permet de concrétiser un montage exceptionnel avec fait marquant, un générique final... à la moitié du film qui illustre la métamorphose de Cheney. Et tout au long du film, un narrateur lambda occupant tous les terrains de jeu du vice-président et se révélant comme très proche de ce dernier sans être de son sang, intrigue sur ce lien. Qui, une fois connu vers la fin ramène Cheney vers ce qu’il était réellement : un homme de pouvoir prêt à tout.
Bale et Amy Adams sont admirables mais je ne comprends pas la non-nomination de Carrell extraordinaire en Rumsfeld, que l’on va découvrir sous un trait inconnu.
A recommanderVoir plus


Watchlist

Séances Cheney

Il n’y a aucune séance dans les régions sélectionnées.

Au cinéma à

KITAG CINEMAS Rex Basel

17:30

Salle 2 – VOST14A.

CineMovie Bern

20:15

Salle 2 – VOST14A.

Kino Engelberg Engelberg

20:30

Salle 1 – VOST14A.

Cinema Luna Frauenfeld

17:30

Salle 1 – VOST14A.

Cinerama Empire Genève

16:15, 20:45

Salle Cinerama Empire – VOST14A. 4K

Scala Langenthal

20:15

Salle 2 – VA14A.

Pathé Galeries Lausanne

17:50

Salle 4 – VO14A.

Bourbaki Luzern

18:20

Salle 3 – VOST14A.

Palace Solothurn

20:00

Salle 1 – VA14A. Dolby Digital 2D

KITAG CINEMAS Corso Zürich

14:30, 20:45

Salle 2 – VOST14/12A.

Riffraff Zürich

13:40

Salle 3 – VOST14/12A.

17:50, 20:30

Salle 4 – VOST14/12A.

23:00

Salle 2 – VOST14/12A.

Louez des films recommandés

Teleboy
Hollystar

Dès à présent dans les salles 6 sur 55 Films