Sicario 2: Day of the Soldado Italie, Etats-Unis 2018 – 122min.

Sicario - La guerre des cartels

Critique du film

Un thriller haletant et brutal

Alexandre Janowiak
Critique du film: Alexandre Janowiak

La guerre contre les cartels mexicains s'est intensifiée. L’urgence est maintenant absolue depuis que des terroristes utilisent le réseau des trafiquants pour traverser la frontière américaine. Pour mener ce combat sans merci, l'agent fédéral Matt Graver fait de nouveau appel au mystérieux Alejandro.

Sicario, réalisé par Denis Villeneuve, était un sacré morceau de cinéma. Le cinéaste canadien avait créé un superbe univers avec le scénariste Taylor Sheridan, orchestré l’ensemble avec une mise en scène puissante, un casting prodigieux et une musique aux basses vertigineuses signé du regretté Johan Johansson (à qui le deuxième volet est dédié). A l’annonce d’une suite, il était légitime de se demander son intérêt et de s’inquiéter du résultat final.

Pourtant, dès ses premières minutes, Sicario : La guerre des cartels se montre extrêmement efficace. De la musique percutante à l’introduction des personnages (celui de Josh Brolin en particulier) en passant par sa mise en scène incisive et certaines séquences de tension (péage, torture), ce deuxième volet replace très vite le spectateur dans l’ambiance du premier film sans se contenter de le copier.

Au contraire, s’il reprend certains codes pour nous plonger dans l’atmosphère du film de Villeneuve, le réalisateur Stefano Sollima suit d’autres chemins en étant beaucoup plus brutal. Le moyen d’emballer un bon gros film d’action saisissant et hyper bien tenu. Cependant, certains lui reprocheront sans doute sa trop grande violence. Assurément, ce deuxième volet privilégie l’action et les scènes brutales à la tension étourdissante et l’ambiance écrasante du premier film, quitte à choquer lors d'un acte terroriste extrême et frôlant l'impertinence. Là est sans doute le plus gros problème de Sicario 2.

En effet, si Stefano Sollima manie la caméra avec virtuosité, les thématiques abordées par le film sont trop nombreuses et parfois superfétatoires. Le terrorisme, sujet profond et captivant à l’heure actuelle, et qui ouvre les hostilités, se transforme finalement en prétexte pour lancer le long-métrage. Il en sera de même pour de nombreux autres thèmes : la corruption notamment. Quelques stries qui n'empêchent pas pour autant Sicario : La Guerre des cartels d'être une suite plus que convaincante, portée par sa mise en scène mordante, son esthétique sublime et son duo d’acteur exceptionnel : Josh Brolin imposant, et Benicio Del Toro mystérieux.

29.06.2018

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

il y a 1 mois

Les fugitifs
La guerre des gangs mexicains fait rage et s'invite sur territoire américain: le gang de Reyes commet deux attentats-suicide et supervisent un trafic de migrants. En représailles, Matt et Alejandro kidnappent Isabella, la fille de Reyes afin d'en faire une monnaie d'échange. Seul hic, l'Etat-Major américain ne veut laisser aucun témoin et Alejandro n'en faisant pas partie, il comprend que Isabella sera sa monnaie de survie.
Sans Villeneuve mais avec toujours le trio Sheridan-Del Toro-Brolin, voici donc la suite de cette guerre des gangs. L'absence du réalisateur québécois ne m'inspirait pas plus, à tort: cette suite est tout aussi remarquable.
A une nuance près: Villeneuve avait instauré un climat lourd avec suspense insoutenable. Ici, l'immersion est vécue tel que le vivrait les innocents malgré eux et le rythme s'en retrouve amplifié.
Et l'on ne voit pas le temps passer. Grâce, au début, à un certain humour; mais surtout à une immense empathie envers Alejandro qui, de l'intraitable chef du premier film, se transforme en être humain avec des sentiments. Et la direction qu'il choisit de prendre nous le rend touchant.
Outre la photographie toujours aussi remarquable et l'immersion réussie, c'est bien la jeune Isabella Moner qui crève l'écran avec Del Toro et forme l'un des duos forts de cette année. Duo qui, d'après l'ultime séquence proposée pourrait encore sévir dans un nouvel opus.
A recommanderVoir plus


Eric2017

il y a 1 mois

Très bon scénario à mon goût. En mouvement continuel, ce film est excellent avec des interprétations excellentes. La fin laisse supposer un troisième volet. (F-05.07.18)


CineFiliK

il y a 1 mois

“Retour en enfer”

Des attentats endeuillent l’Amérique. Il semblerait que les cartels mexicains permettent aux terroristes de fouler le sol étasunien. La guerre est déclarée. Pour semer le trouble, le mercenaire Alejandro Gillick est à nouveau engagé. Sa mission, kidnapper la fille d’un baron de la drogue.

Retour dans l’enfer de cette zone frontière. Seuls les personnages campés par Benicio del Toro et Josh Brolin ont répondu présent. Emily Blunt, garante d’une certaine moralité précédemment, a déclaré forfait. Le choc visuel du premier volet ouvert par Denis Villeneuve n’est plus, mais un scénario solide demeure, d’un rouge vif qui coule sur les mains et d’un noir suffisamment profond pour assombrir les âmes.

La cocaïne a fait place aux migrants, manne plus profitable pour les poches des trafiquants. Une route ensablée devient un piège mortel. Les frères de toujours pourraient être ennemis d’un jour. Quant à la pieuvre, implacable et sereine, elle n’épargne plus personne, étouffant même l’innocence enfantine.

7/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Autres critiques de films

The Equalizer 2

Mamma Mia! Here We Go Again

Mission: Impossible - Fallout

Hotel Transylvania 3: A Monster Vacation