Asako I & II - Netemo sametemo France, Japon 2018 – 119min.

Asako I & II - Netemo sametemo

Critique du film

Netemo sametemo

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, Asako I & II - Netemo sametemo se fond dans une romance qui alterne fantaisie et réalisme.

On a en tête des films tels que Mulholland Drive de David Lynch, The Double de Richard Ayoade ou encore Body Double de Brian De Palma. Le réalisateur Ryûsuke Hamaguchi s’essaie au film de doubles, à la romance, à l’onirisme croisé au réalisme. Difficile de savoir dans quelle dimension nous évoluons. L’amour se pointe au détour d’une exposition, en la personne de Baku (Masahiro Higashide). Le coup de foudre cliché, l’amour adolescent, le seul et l’unique, pour toujours se disent-ils.

Le romantisme dégouline, sans subtilité, mais on y goûte, on se laisse emporter par les vents tempétueux de l’amour. Puis un jour, Baku, ce jeune homme nonchalant, au charme ravageur, beau, semble-t-il érudit, s’en va sans piper mot. Il disparaît, il s’évanouit dans la nature, laissant Asako toute penaude, rien qu’avec son chagrin.

Elle fuit Osaka, s’enferme dans une solitude, et refait sa vie sans Baku. Puis arrive Ryohei (également joué par Masahiro Higashide), parfaitement semblable à Baku, dans un autre format, moins rêveur, mais plus carré. Une grande histoire d’amour fragmentée en plusieurs actes, où Asako se perd dans le trouble, l’indécision, le fantasme et l’effroi. Un labyrinthe de sensibilité et de psychologie. Asako a de quoi vous balader entre le rêve et la réalité, parfois difficile à discerner.

En bref !

Dans sa structure, parfois cosmique, le long-métrage a de l’élégance, une pointe de poésie, comme une sérénade qui vous étreint. En manque de sentiment, mais un récit fantasmagorique. Asako I & II - Netemo sametemo, l’amour sur le porte-bagage.

05.04.2019

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

il y a 1 heure

Beau, poétique, onirique, doux, et troublant une énigme amoureuse qui à la fin du film ne semble pas résolue. Très japonais en quelque sorte ....


Autres critiques de films

Aladdin

Pokémon : Détective Pikachu

John Wick: Chapter 3 – Parabellum

Douleur et gloire