First Man Etats-Unis 2018 – 141min.

Cineman Movie Charts

Cineman Movie Charts: le jury, c'est toi!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

7

12

9

6

6

3.2

40 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

image21

il y a 1 mois

Quand un réalisateur confond secouer la caméra avec mise en scène cela donne un film archi-nul !
seules les scènes de décollage sont réussies.......


Archibald

il y a 1 mois

Séduisant à priori, décevant finalement, fatalement (comme toujours avec Damien Chazelle).


commundmortels

il y a 1 mois

Film hyper immersif, mais trop à mon goût. On se fait secouer trop longtemps avec les astronautes dans leur capsule, la caméra à l'épaule tout le temps et partout donne certes du rythme (entrecoupé par des longs moments de silence de Gosling), mais finit par lasser.
Si Neil Armstrong était aussi froid que l'incarne Ryan Gosling, alors chapeau, le film mérite une 4ème ou une 5ème étoile.
J'en garde cependant le sentiment d'une certaine lenteur. Film qui restera cependant, mais qui m'a moins marqué et plu qu'Apollo 13Voir plus


Eric2017

il y a 1 mois

J'ai toujours été passionné par la conquête de l'espace et ce film m'a forcément beaucoup plu. Ce biopic est totalement réussi car il aborde également l'aspect psychologique des astronautes et des familles. Deux bémols, le son qui parfois est totalement excessif au point de se boucher les oreilles et les plans serrés à répétitions qui m'ont gênés. Sinon ce film est assez fabuleux autant dans l'interprétation de Ryan Gosling que celle de Claire Foy. (F-25.10,18)Voir plus


CineFiliK

il y a 1 mois

« L’étoffe du héros »

Pilote d’essai confirmé, Neil Amstrong est sélectionné, en 1962, pour intégrer la NASA en tant qu’astronaute. Ainsi débute le parcours périlleux de celui qui marchera le premier sur la lune.

« C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité » sont les paroles retenues par l’histoire. Mais derrière le succès de la mission, combien d’échecs et de peines oubliés ?

Après la comédie musicale – La la land –, Damien Chazelle s’attaque au mythe de la conquête spatiale. Il rappelle combien celle-ci fut longue, difficile et controversée. Pourquoi tant d’argent dépensé dans une course avant tout politique ? Le peuple dans le besoin rêve d’autre chose. Et quelle folie de risquer des vies dans des machines si improbables ! Une erreur de calcul, un défaut technique, une étincelle, et c’est la fin. Au plus près de la ferraille, la caméra enferme le spectateur dans la carlingue pour mieux le secouer. Le voyage est excitant, inquiétant, éreintant.

Mais c’est surtout le papillon dissimulé sous le scaphandre qui anime le réalisateur. En s’appuyant sur le visage impassible de Ryan Gosling, il déchire l’étoffe du héros pour que brille la mélancolie, au prix de quelques larmes artificielles. Marqué à tout jamais par la perte de sa petite fille, Amstrong est une étoile éteinte que même un rayon de lune ne saurait rallumer.

7/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


vincenzobino

il y a 1 mois

3.5 : Sa dernière chance
1969: Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la Lune. Comment a-t-il préparé ce vol historique durant 8 ans? Quelle en fut la véritable source d'inspiration? Comment son épouse Janet a-t-elle vécu cette quasi décennie?
Le retour attendu de Chazelle après le jubilatoire Whiplash et le très beau et dynamique Lala Land constituait l'un des événements de cet automne. En choisissant de nous dresser un biopic sur Armstrong, l'on prenait le risque de plonger dans du plus classique. Risque confirmé.
Je ne vais pas vous conter les événements que chaque passionné de la conquête spatiale connaît, mais ce qui frappe d'entrée, est que alors que l'on pouvait commencer par la fin connue, et revenir ensuite en arrière sur certaines périodes inconnues de ces 8 ans, l'on est quelque peu désappointé par cette chronologie rigoureusement respectée. L'absence de musique est parfaitement justifiée sur ses deux premiers tiers et l'on espère une nouvelle envolée musicale de Hurwitz sur le final: elle survient pendant le vol d'approche lunaire mais alors que l'on s'attend à une issue spatiale, c'est un autre aspect qui est mis en évidence avec certes une certaine classe mais ne déclenchant pas la sensibilité recherchée ou l'éclat de génie des deux premiers films.
Reste Claire Foy parfaite et la reconstitution du vol Gemini 8 extraordinaire. Se laisse donc néanmoins voir...Voir plus


Watchlist