CH.FILM

Figlia mia Allemagne, Italie, Suisse 2018 – 100min.

Figlia mia

Critique du film

Ma fille, ma bataille

Clélia Godel
Critique du film: Clélia Godel

En lice pour l’Ours d’or à Berlin en février 2018, Figlia mia, deuxième long-métrage de la réalisatrice et scénariste italienne Laura Bispuri, dresse le portrait de deux figures maternelles rivales se battant pour l’amour d’une fillette de dix ans. Une histoire aux airs de déjà-vu, certes, mais qui permet aux trois actrices principales de briller.

Vittoria, dix ans, vit en Sardaigne avec ses parents. Un jour, elle fait la rencontre d’Angelica, une jeune femme un peu débauchée, avec qui elle tend à passer le plus clair de son temps, au grand dam de sa mère. Il ne faudra pas longtemps à Vittoria pour comprendre qu’Angelica est en vérité sa mère biologique. Les retrouvailles tumultueuses vont déboucher sur un affrontement entre les deux mères, au détriment de Vittoria.

L'indifférence surnage; difficile d’éprouver quoi que ce soit pour le personnage d’Angelica (Alba Rohrwacher) alors qu’elle bataille ardemment pour changer de vie. L’investissement de l’actrice et la précision de son jeu sauveront pourtant la crédibilité de cette mère, son interprétation y est cruciale. Il en est de même pour Tina, incarnée par une Valeria Golino solaire, dont la douceur et la raison seront mises à rude épreuve, jusqu’à en oublier le bien-être de sa fille (quelle idée de l’emmener dans un bar en pleine nuit !). Et si la jeune Sara Casu qui incarne Vittoria s’en sort remarquablement, on regrette (peut-être) que le personnage ne s’exprime pas davantage sur ses ressentis.

Heureusement, Laura Bispuri dévoile une mise en scène soignée en privilégiant des cadrages élégants qui mettent en avant ses personnages. Il faudra aussi apprécier le travail sur l’atmosphère aride de la Sardaigne. La chaleur étouffante y est parfaitement perceptible ...

En bref ! Loin de révolutionner le genre du film traitant des sentiments maternels, Figlia mia trouve son intérêt dans les excellentes prestations des actrices et dans la mise en scène soignée de la réalisatrice Laura Bispuri. Mais des ambitions narratives légères et l’absence de prise de risque au scénario empêcheront de donner à ce trio quelque chose de poignant ou mémorable.

11.09.2018

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Fantastic Beasts: The Crimes of Grindelwald

Bohemian Rhapsody

First Man

A Star Is Born